Le maire Labeaume offre une oeuvre d'art pour le 200e de Drummondville

Le directeur général de la SDED, Martin Dupont,... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Le directeur général de la SDED, Martin Dupont, la vice-présidente du comité exécutif de la Ville de Québec, Julie Lemieux, le maire de Drummondville, Alexandre Cusson, le maire de Québec, Régis Labeaume, l'artiste Jean-Pierre Morin et la conseillère drummondvilloise Isabelle Marquis posent devant l'oeuvre baptisée Enracinement.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Drummondville) Parce qu'il tenait à souligner de belle façon ses 200 chandelles, mais surtout parce qu'il en apprécie beaucoup son maire, le maire de Québec, Régis Labeaume a fait cadeau d'une oeuvre d'art de 18 pieds à la Ville de Drummondville, laquelle trône désormais et pour de longues années devant les locaux de la SDED, à quelques pas de l'autoroute 20.

«Cette oeuvre nommée Enracinement agira tel un ancrage pour les gens qui circuleront à proximité. Il représente bien le dynamisme économique de la ville de Drummondville, il illustre bien leur vision d'avenir», commente le maire de la Capitale.

Les deux hommes se sont liés d'amitiés au fil de collaborations, notamment dans le cadre de leur travail au sein de l'Union des municipalités du Québec. M. Labeaume prédit d'ailleurs sans aucun détour que son homologue drummondvillois sera le prochain président de l'organisme.

«C'est un homme intelligent, mature et qui a beaucoup de jugement et ça, comme dirait l'autre, ça ne s'achète pas au K-mart. Ce ne sont pas tous les politiciens qui en ont, affirme M. Labeaume avec son tact habituel. On a beaucoup de jeunes élus municipaux très modernes et Alexandre en fait partie, c'est beaucoup par amitié que nous lui faisons ce cadeau.»

Une allée des arts

Fabriquée d'acier et d'aluminium par l'artiste Jean-Pierre Morin, l'Enracinement est une sculpture audacieuse à la fois fine et forte, décrit-on. Elle consiste en une base cylindrique surplombée de trois formes étroites en accordéon, deux de couleur blanche et une autre bleue. Elle vient rejoindre le Mammouth de Soprema situé un peu plus loin sur la rue Jean-Berchmans-Michaud. On aimerait bien que cette artère devienne une allée des arts.

«Il y a des gens qui ont caressé ce rêve-là que s'ajoutent des oeuvres importantes. Sans qu'il y ait de budget ou d'échéancier de fixés, c'est une vision artistique que nous avons. Il y a également l'Office du tourisme à côté qui pourrait être une terre d'accueil intéressante», affirme le maire de Drummondville, Alexandre Cusson, précisant que 55 000 automobilistes circulaient sur l'autoroute Jean-Lesage à la hauteur de Drummondville quotidiennement.

Québec a récemment été proclamée la ville la plus culturelle au monde et elle n'a pas volé son titre. En 2013, elle s'est donnée comme mission de développer l'art public et de participer à la réalisation de 35 nouvelles oeuvres d'ici 2017.

Drummondville a reçu l'une de ces oeuvres et Montréal en accueillera une l'an prochain, dans le cadre de son 375e anniversaire. La Capitale investit un demi-million $ par année dans ce projet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer