Couvrir l'élection présidentielle américaine à vélo

Mathieu Massé et Isabelle Bergeron parcourent les ɉtats-Unis... (Fournie)

Agrandir

Mathieu Massé et Isabelle Bergeron parcourent les ɉtats-Unis à la recherche de bonnes histoires sur la présidentielle américaine.

Fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Drummondville) La photographe de presse drummondvilloise Isabelle Bergeron et son collègue journaliste Mathieu Massé ont enfourché leurs vélos le 20 août à destination de la Floride et avec pour objectif de couvrir l'élection présidentielle américaine de l'intérieur.

Les deux cyclistes se connaissaient à peine lorsqu'ils ont choisi de vivre cette aventure ensemble. Ils ne s'étaient rencontrés qu'à quelques rares occasions lors de congrès de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec. Jeune diplômé en journalisme et en science politique, M. Massé désirait couvrir la campagne présidentielle, mais savait très bien qu'aucun média traditionnel ne lui en offrirait la possibilité. Il a donc mis sur pied le projet et la Drummondvilloise a saisi la balle au bond.

« Il est venu me voir et m'a parlé de son projet. Je lui ai répondu qu'il aurait certainement besoin d'une photographe, raconte la jeune femme. Je ne fais pas vraiment de vélo dans la vie, alors j'avais une certaine crainte. Mais ça se passe très bien jusqu'à maintenant. Il y a une certaine fatigue. On fait un peu de vélo chaque jour, mais ce n'est pas si pire. »

Vivre Matthew à vélo

Si les États plus au nord, comme le Vermont, constituent des paradis pour les cyclistes, ceux du sud ne sont pas dotés des mêmes infrastructures. Les accotements sont souvent étroits et les automobilistes peu conscientisés. Le périple du duo Bergeron-Massé a également été rendu difficile par le passage de l'ouragan Matthew.

« Nous avons été hébergés dans un refuge de la Croix-Rouge de Florence (en Virginie) pendant cinq jours. Nous y avons fait de belles rencontres, affirme Isabelle Bergeron. Maintenant que nous sommes de retour sur notre vélo, notre parcours est souvent jonché de branches d'arbres ou d'autres débris, ce n'est pas super agréable. »

Le vote pour Trump explicable

C'est d'Orangeburg en Caroline du Sud que la jeune femme a accordé une entrevue à La Tribune. Au cours des dernières semaines, les reporters-cyclistes ont traversé une dizaine d'États et presque autant de réalités différentes, rencontrant tantôt des pro-Clinton, tantôt des pro-Trump, mais surtout beaucoup de gens désabusés par la piètre allure des deux candidats.

« Le fait que nous soyons canadiens apporte une touche différente aux commentaires des gens. Ils sont plus ouverts à nous partager leurs analyses, car ils savent que nous n'essaierons pas de les influencer dans leur choix et qu'ils n'ont pas non plus à nous convaincre, remarque la photographe. De ce que nous avons constaté jusqu'à présent, beaucoup de gens sont déçus par les deux candidats. »

«Il n'a pas un discours élaboré, il dit ce qu'il pense plutôt que d'avoir la langue de bois.»


Selon Mme Bergeron, c'est la faiblesse de la candidature d'Hillary Clinton et le cynisme des Américains envers la classe politique qui fait en sorte que Donald Trump est toujours dans la course.

« Il n'a pas un discours élaboré, il dit ce qu'il pense plutôt que d'avoir la langue de bois. Il est différent et c'est pour ça qu'il réussit à tirer son épingle du jeu. Les Québécois pensent que les gens qui optent pour Trump sont des racistes et des misogynes. Dans les faits, c'est rarement le cas », explique-t-elle.

Le duo espère être en Floride une semaine avant que les Américains soient appelés aux urnes afin de vivre l'élection de l'intérieur. Tout au long de leur périple et à leur retour, ils tenteront de vendre leurs articles et photographies, il est possible qu'Isabelle Bergeron en face un sujet d'exposition.

« Chose certaine, c'est toute une expérience que je vis en ce moment et j'apprends beaucoup. C'est fascinant de se retrouver comme ça parmi les gens, dans des milieux inconnus », commente-t-elle.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer