Pierre Reid veut consacrer plus de temps à sa circonscription

Pierre Reid... (Archives La Tribune, Frédéric Côté)

Agrandir

Pierre Reid

Archives La Tribune, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Libéré de sa fonction de président de la Commission des transports, le député d'Orford, Pierre Reid, compte bien consacrer plus de temps à sa circonscription au cours des prochains mois.

M. Reid a lui-même pris la décision de quitter le poste de président de la Commission des transports. « L'opposition cherche à savoir si ma décision cache autre chose, mais ce n'est pas le cas du tout », assure-t-il.

Pour expliquer sa décision, le député d'Orford note que la Commission des transports s'est penchée sur de « gros, gros projets de loi ces derniers mois. Avec tout le travail que je réalisais pour cette commission, j'avais l'impression de ne pas pouvoir en faire assez pour mon comté. Et il n'était pas question que je conserve la présidence et la prime de 23 000 $ sans faire mon travail de manière sérieuse. »

Pierre Reid rappelle par ailleurs que des milliers de travailleurs ont perdu leur emploi au cours des 10 dernières années dans le secteur de Magog. « Je me suis beaucoup occupé de ces gens de différentes façons, remarque-t-il. Par contre, les résultats nets des efforts consentis pour créer de nouveaux emplois ne sont pas évidents. »

Situation précaire

Selon lui, on retrouverait à Magog de « nombreux aînés et travailleurs âgés en situation précaire » au plan financier. « Des intervenants du secteur communautaire m'ont confié que ce problème persistait, qu'ils ne voyaient pas d'amélioration. »

Afin que la situation s'améliore, M. Reid espère obtenir la collaboration du ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale du Québec, François Blais. Il lui a d'ailleurs déjà fait part de certaines problématiques existant dans sa circonscription.

En ce qui concerne la création d'emplois, Pierre Reid mise notamment sur Magog technopole de même que sur les entreprises du secteur des technologies de l'information et des communications que cet organisme attire en sol magogois.

« Magog technopole a clairement besoin du soutien de son député en ce moment, estime-t-il. Je tente de l'aider à obtenir un appui financier en provenance de Québec. Ce serait important pour cet organisme d'avoir ça. »

Entre autres, Magog technopole désire donner un plus grand coup de main aux entreprises du secteur des technologies de l'information au chapitre du développement de marchés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer