La Balade gourmande franchit la barre du million $

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Victoriaville) Malgré ses 17 chandelles, la Balade gourmande ne montre pas de signe d'essoufflement. Au contraire, elle a enregistré une nouvelle aussi d'achalandage et franchit, pour la première fois de son histoire, le cap du million de dollars de ventes.

« L'analyse est préliminaire, mais nous estimons avoir accueilli 25 000 visiteurs uniques, qui ont dépensé pour 40 $ chacun en moyenne sur les 48 sites de la Balade. Nous avons atteint des ventes globales d'un million $ en 28 heures. C'est quand même une pas pire épicerie. Je crois que nous pouvons dire que nous sommes le plus grand marché à ciel ouvert au Québec », se targue le trésorier de l'événement, Alain Provençal.

Des visiteurs provenant de 40 villes du Québec, dont 44 % proviennent de plus de 40 kilomètres des Bois-Francs, se sont rués vers le terroir au cours des deux derniers week-ends, et ce, beau temps, mauvais temps. En 2015, on avait enregistré 200 nuitées en lien avec l'événement et on s'attend à un résultat semblable pour cet automne, ce qui a de quoi consolider la position de l'événement sur l'échiquier touristique régional.

« Tout est à recommencer chaque année. Il y a toujours une certaine angoisse à savoir si les gens ont apprécié leur expérience et seront de retour. Même après 17 ans, ça ne démord pas. Je dois notamment saluer le travail des producteurs et des transformateurs qui réussissent à créer une ambiance de party sur leurs sites », ajoute celui qui est aussi directeur général de Tourisme Victoriaville et sa région.

Chaque année, des centaines de consommateurs tournent les talons ou évitent tout simplement des sites afin de ne pas perdre près d'une heure de leur temps à attendre dans une file avant d'acheter leurs produits préférés. Cette année n'a pas fait exception.

M. Provençal estime que les producteurs sont bien au fait de cette problématique et qu'ils ont tous les outils pour corriger la situation. Certains ont d'ailleurs déjà mis des efforts afin de limiter et d'animer le temps d'attente. Il s'aperçoit toutefois, à la lecture de certains commentaires, que ce ne sont pas tous les exposants qui sont aussi proactifs.

« C'est vrai que 45 minutes d'attente ça peut être plate. Ceux qui ne sont pas conscients de ça, on les conseille, mais c'est à eux de s'adapter. Si t'as 400 clients devant toi, allume! », dit-il.

Accidents de la route

La Balade gourmande et les autres activités à avoir lieu dans la région au cours de ces deux week-ends d'octobre ont généré un flux de circulation anormal dans la région et il en a résulté quelques accidents de la route. Alain Provençal estime qu'on devra porter une attention supplémentaire au transport sur les 300 kilomètres de parcours.

« 25 000 personnes, c'est entre 8000 et 10 000 voitures de plus. On essaie de prendre les gens par la main et de concevoir des parcours sécuritaires, mais il y a tout de même eu des accidents, attribuables ou non à la Balade. Il faudra faire encore plus l'an prochain », estime-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer