Magog nomme son nouveau directeur général

Jean-François D'Amour...

Agrandir

Jean-François D'Amour

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) La Ville de Magog aura un nouveau directeur général à compter du 21 novembre prochain. Le futur grand patron de la municipalité, Jean-François D'Amour, a été retenu après l'analyse des quelque 80 candidatures soumises.

M. D'Amour succédera à Claude Marcoux, actuellement en poste à titre de directeur général de la Ville de Magog, et à Armand Comeau, qui a pour sa part quitté en juin dernier.

Le futur grand patron de la Ville de Magog possède plusieurs années d'expérience dans le monde municipal. Notaire de formation, il a notamment déjà agi à titre de greffier et de directeur général adjoint d'une municipalité. Il occupe le poste de directeur général de la municipalité de Sutton depuis 2013.

«Son expérience professionnelle, son intérêt pour la gestion municipale et le développement économique, son dynamise et son leadership font de M. D'Amour la personne tout indiquée pour poursuivre l'objectif partagé par les employés et les élus de la Ville de Magog», indique la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm.

Claude Marcoux souligne pour sa part que Jean-François D'Amour a été «le coup de coeur du comité de sélection. Nous croyons qu'il s'intégrera facilement à l'équipe en place et qu'il saura assumer adéquatement son rôle et ses responsabilités.»

Et si M. Marcoux cessera sous peu de diriger la Ville, il ne disparaîtra pas complètement du paysage. Il a en effet accepté de conserver certains dossiers tel celui de la construction d'une seconde patinoire à l'aréna de la ville.

Par ailleurs, la Ville annonce qu'elle n'est désormais plus soutenue par la Commission municipale du Québec (CMQ). «Le soutien que nous a apporté la CMQ nous a aidés à traverser une situation passablement complexe et à trouver une façon de travailler pour que les rôles de chacun soient respectés. Nous sommes entièrement satisfaits du travail fait par cet organisme», déclare Vicki-May Hamm.

La mairesse de Magog avoue néanmoins qu'elle était, au départ, réticente à ce qu'on fasse appel au soutien de la CMQ de manière volontaire. «J'avais peur qu'on passe pour une ville au bord de la tutelle», confesse-t-elle.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer