Ottawa apporte son aide à LAMRAC

L'Association du marais de la Rivière-aux-Cerises (LAMRAC) recevra... (Archives, La Tribune)

Agrandir

L'Association du marais de la Rivière-aux-Cerises (LAMRAC) recevra 500 000  $ du gouvernement fédéral pour la réfection de ses passerelles de bois.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Le gouvernement du Canada a accepté de participer financièrement au projet de réfection des passerelles de bois de L'Association du marais de la Rivière-aux-Cerises (LAMRAC).

L'organisme magogois obtiendra 500 000 $ de la part du gouvernement fédéral. L'argent qui sera versé à LAMRAC proviendra du Programme d'infrastructure communautaire du Canada 150.

L'annonce de la participation financière du gouvernement fédéral a été effectuée par le député de Brome-Missisquoi, Denis Paradis, lors d'une conférence de presse tenue lundi matin au Centre d'interprétation du marais.

« LAMRAC est ce qui attire le plus de monde à Magog, a déclaré M. Paradis lundi. Avec de telles initiatives, on se rapproche encore plus du milieu naturel de notre circonscription, qui est la plus belle au Canada selon plusieurs de mes collègues. »

Au même titre que le gouvernement canadien, la Ville de Magog appuie financièrement le projet de LAMRAC. Sa contribution sera aussi de 500 000 $. Le million $ disponible permettra la reconstruction, avant la fin de 2017, d'une portion de passerelle mesurant 550 mètres.

« Nous avons prévu commencer par la réfection du sentier du Petit Houx, a dévoilé Georgianne Gagnon, vice-présidente de l'organisme magogois. Les travaux s'amorceront durant l'hiver 2017. »

Mairesse de Magog, Vicki-May Hamm confie que sa municipalité aurait espéré que les passerelles sur pilotis du marais aient une plus longue durée de vie. Elle se montre confiante que les nouvelles portions de passerelle seront plus durables.

Au cours des prochains jours, LAMRAC recevra un rapport d'experts qui portera sur la reconstruction des passerelles. L'organisme cherche à limiter les coûts du projet et à dénicher la technologie offrant le meilleur rapport qualité-prix. Tout laisse croire qu'il optera pour l'installation de pieux vissés pour supporter les passerelles.

Notons que des travaux ont déjà été réalisés pour ralentir le vieillissement d'un des sentiers du marais de la Rivière-aux-Cerises. Ils ont permis à LAMRAC de préserver le sentier traversant l'aire protégée d'est en ouest.

Pour mener à bien son projet, LAMRAC a également l'intention de demander au gouvernement du Québec de faire sa part au plan financier. Il est enfin possible que certaines portions de passerelle ne soient pas reconstruites.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer