Popularité inespérée du groupe Facebook «T'es de Lac-Mégantic si...»

En créant le groupe Facebook «T'es de Lac-Mégantic si...», Jean Paradis ne... (Capture d'écran Facebook)

Agrandir

Capture d'écran Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Lac-Mégantic) En créant le groupe Facebook «T'es de Lac-Mégantic si...», Jean Paradis ne savait vraiment pas dans quoi il s'embarquait, ayant simplement voulu s'inspirer de ce qui existait à Sherbrooke avec le groupe similaire «T'es de Sherbrooke si...», auquel il avait lui-même adhéré auparavant.

Jean Paradis... - image 1.0

Agrandir

Jean Paradis

Il n'avait ni imaginé ni espéré ce qui lui est arrivé: à peine un mois et demi plus tard, après une réponse enthousiaste et instantanée des internautes, son groupe Facebook comptait déjà 3000 membres. Pour donner un ordre de grandeur, «Tu es de Sherbrooke si...» comptait environ 9500 membres, il n'y a pas si longtemps, à sa connaissance.

«Ce fut exceptionnel! Dans le contexte général de la tragédie du 6 juillet 2013... il y a des personnes qui ont apporté des contributions énormes. Tellement qu'en février 2014, c'était déjà exceptionnel, j'ai promis que si nous atteignions le chiffre de 5000 membres, j'organiserais une rencontre, histoire de remercier les personnes qui ont beaucoup contribué au succès de cette activité, disons sociale», se réjouit Jean Paradis, qui est aussi l'un des trois administrateurs du site OSBL «Tu es de Lac-Mégantic si...».

La rencontre projetée aura lieu vendredi prochain, 21 octobre, sous forme d'un «5 à 7», au Musi-Café, à Lac-Mégantic.»J'organise cette rencontre pour connaître et remercier des personnes, car je ne veux pas que ça demeure virtuel et anonyme», continue M. Paradis. «Il y aura une petite allocution de remerciement, nous projetterons des photos qui ont paru sur le site. Je veux que cela soit un vrai bar-rencontre, multi-générationnel, si c'est possible!»

«Je ne fais pas ça pour de l'argent, car cela ne rapporte rien.»


L'homme, qui travaillait à l'Université de Sherbrooke au moment de la tragédie de Lac-Mégantic qui l'a beaucoup affecté, explique qu'il doit surveiller un tant soit peu qui veut devenir membre du groupe, car des robots sévissent sur Internet pour s'infiltrer et générer avec leur présence de la publicité sur les sites de ce genre.

«Je ne fais pas ça pour de l'argent, car cela ne rapporte rien, en fait, au contraire, ça nous amène certaines dépenses que nous devons défrayer avec notre argent personnel... Nous avons des règles, ce n'est pas un site pour faire de la publicité sur ses activités commerciales ou professionnelles, ni pour parler de politique. Mais plutôt pour se rappeler de bons souvenirs, partager des bons moments, se donner une tape dans le dos pour le futur, parler d'activités présentes qui appartiennent à la communauté!», révèle-t-il.

Les deux autres administrateurs du groupe, c'est Marie Garneau, son ancienne professeure de 4e année, et Marie-Claude Lessard, une amie avec laquelle il se trouvait au Musi-Café, le soir fatidique. Il a réussi à se sauver de la mort in extremis, avec elle, ce soir-là. Depuis, il n'a réussi à travailler que seulement quatre mois et demi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer