Pas encore de candidat pour le PQ dans Arthabaska

Le chef du PQ, Jean-François Lisée... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

Le chef du PQ, Jean-François Lisée

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Victoriaville) Le Parti québécois a tenu un rare caucus hors Québec, dimanche à Victoriaville, mais n'a pas été en mesure d'en profiter pour présenter son candidat pour l'élection partielle qui aura lieu cet automne dans la circonscription d'Arthabaska.

« Nous avons des candidats en vue, il y a des discussions, nous sommes confiants de pouvoir présenter une candidature et un programme supérieurs à la CAQ et au PLQ, a indiqué le nouveau chef du PQ, Jean-François Lisée. Mon élection et le signal que j'entends envoyer sur l'importance des régions risque aussi d'intéresser plusieurs candidats. »

Le député de Rosemont n'a pas manqué de donner une touche régionale à son point de presse national, affirmant que le premier ministre Philippe Couillard avait manqué à sa promesse de lancer les travaux de rénovation de l'urgence de l'Hôtel-Dieu d'Arthabaska. Lors des élections de 2014, le chef du Parti libéral avait annoncé que la désuète urgence serait revampée au cours du prochain mandat. Depuis, la population a amassé 12 millions $ sur les 30 millions $ nécessaires, mais le projet ne figure toujours pas au plan des infrastructures québécois.

« Dans le cour normal des choses, il est impossible de réaliser ce projet dans le mandat en cour. Nous demandons au premier ministre d'accélérer le processus pour que les travaux commencent bientôt ou il est mieux de ne plus revenir dans le comté d'Arthabaska », dit-il.

Hivon, Ouellet et Bergeron comme assistants

Jean-François Lisée a par ailleurs fait de Véronique Hivon, Martine Ouellet et Stéphane Bergeron ses trois principaux alliés pour mois à venir. Hivon sera porte-parole en matière de justice, réforme des institutions démocratiques et soins en fin de vie. On lui a également confié le mandat de rallier les partis et organismes souverainistes autour d'un même objectif.

Martine Ouellet sera pour sa part responsable du projet 50+1 réponses sur l'indépendance, un recueil qui présentera, dans un format convivial, les enjeux des frontières, de la citoyenneté, de la voie maritime et des pensions, notamment.

Stéphane Bergeron aura quant à lui la responsabilité de miner les fêtes du 150e anniversaire de la constitution du Canada en présentant l'histoire du pays sous un autre angle.

« Pendant toute l'année 2017, on tentera, à coup de pétards et de ballounes, de convaincre les Québécois qu'ils sont parties prenante d'une belle aventure, celle du Canada. Sans vouloir jouer les trouble-fêtes, je crois cependant qu'il convient de remettre les pendules à l'heure et de démontrer que le pacte fédéral de 1867 n'a pas été à la hauteur des promesses. Nous soulignerons les 150 ans du Canada en évoquant 150 faits et événements qui jetteront un éclairage sur ce qu'on voudrait nous amener à célébrer », déclare Stéphane Bergeron.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer