Retraite en nature au parc national Frontenac

Le terrain de jeu est immense au parc... (Mathieu Dupuis-Péladeau)

Agrandir

Le terrain de jeu est immense au parc national Frontenac, que ce soit pour la randonnée ou le kayak.

Mathieu Dupuis-Péladeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Je m'attendais à un parc bondé. Ou du moins, fort occupé lors du long week-end de la fête du Travail, où les dernières journées de l'été s'étirent avec grâce.

Mais il n'y avait pas foule ce week-end-là. Du moins, si c'était le cas, elle était bien disséminée dans le vaste territoire du parc, ce qui me rendait encore plus heureuse d'être là.

C'est en naviguant sur l'immense Grand lac Saint-François que j'ai eu l'impression de me sentir presque seule en pleine nature. À quelques exceptions près.

Oui, il y avait bien quelques kayakistes et canoteurs ici et là, mais l'immensité de cette étendue d'eau nous permettait de ne pas nous piler sur les pieds.

Au loin, un ou deux bateaux s'amusaient. Ici et là, un huard venait nous saluer, avant de replonger et de réapparaître un peu plus loin.

Pendant un temps, sans téléphone intelligent, j'ai eu l'impression d'être loin de la civilisation.

Du parc national de Frontenac, visité pour la dernière fois il y a 10 ans, je gardais le souvenir de ma première rencontre avec un orignal.

Du Grand lac St-François, que j'avais d'abord découvert adolescente en canot-camping, je me rappelais sa beauté, son immensité, mais aussi ses roches qui surgissent de nulle part. Certaines laissent poindre le bout de leur nez, de sorte qu'elles sont faciles à éviter. D'autres, cependant, sont complètement immergées, de sorte qu'on sait qu'elles sont là... qu'une fois qu'on leur passe dessus.

Pour les randonnées, on oublie les grands défis physiques. Par contre, les sentiers sont parfaits pour les randonneurs du dimanche ou les petites familles. Plusieurs choix s'offrent à nous. Du côté du secteur St-Daniel, la tourbière abrite entre autres des plantes carnivores.

Dans le secteur sud, le sentier des massifs de Winslow nous permet d'avoir un joli point de vue sur les montagnes environnantes.

Il permet aussi de jeter un coup d'oeil sur le lac des îles et le lac Thor. Les plans d'eau, outre le Grand lac St-François, sont nombreux dans le parc.

Le sentier de 10 km est classé intermédiaire. Mis à part une petite montée pour accéder au point de vue, il ne présente pas de dénivelé important (120 mètres!) En prenant son temps, on peut le faire en trois heures, voire moins.

Tant qu'à être dans le coin, on en profite pour se rendre à la Maison du Granit, à Lac-Drolet. La vue est splendide, surtout par cette magnifique journée ensoleillée où le ciel est complètement dégagé.

On en profite aussi pour explorer le sentier du Morne, situé tout près de la Maison du Granit.  De là-haut, une tour dans laquelle on peut monter nous permet de contempler le panorama à 360 degrés.

Je me dis qu'il était bien temps de visiter ce coin de pays à seulement une heure et quart de Sherbrooke, et de passer par la route des Sommets!

Où dormir dans les environs?

Pendant notre séjour, nous avons logé dans l'un des chalets du Camping, chalet et spa des pignons rouges, à Saint-Romain. Un bel endroit qui accueille des espaces de camping et des chalets, en pleine nature, situés à environ 15 minutes du parc national de Frontenac.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer