Des élèves au pouce vert à Magog

Directrice du volet secondaire de l'École Montessori Magog,... (La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

Directrice du volet secondaire de l'École Montessori Magog, Sylvie Gauvreau est ravie du succès obtenu jusqu'à présent par la coopérative Verti Kale. On la retrouve en compagnie des élèves Xavier Bourque et Maxime Richard ainsi que de Catherine Lussier.

La Tribune, Jean-François Gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Les élèves de l'École Montessori Magog ont le pouce vert. À preuve, on retrouve un large jardin produisant plantes et légumes à l'arrière de l'établissement scolaire. Le projet d'horticulture maraîchère lancé sur place en 2014 fait le bonheur des petits comme des grands.

Pour démarrer son projet lié à l'horticulture maraîchère, l'École Montessori Magog a créé une coopérative de solidarité baptisée Verti Kale. Une trentaine de personnes en sont membres à l'heure actuelle.

Les légumes que produit la coopérative sont vendus à la population grâce à un stand ouvert durant la période des récoltes. Une partie de la production est aussi transformée dans la cuisine de l'école et servie à la cafétéria.

Ne souhaitant pas s'arrêter en si bon chemin, la coopérative Verti Kale a entrepris une démarche en vue d'obtenir une certification de production biologique. Ses membres ont également commencé à développer des produits transformés, dont un pesto biologique.

«Deux ans après son démarrage, ce projet de coopérative est une belle surprise, déclare la directrice du volet secondaire de l'École Montessori Magog, Sylvie Gauvreau. On était seulement un petit groupe à croire à cette idée, au départ, et on a pu constater l'enthousiasme des élèves au fil des mois.»

Puisque l'École Montessori Magog accueille des élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire, le projet développé se décline de différentes façons. Les jeunes du primaire, par exemple, ont créé des «jardins sur pattes», lesquels peuvent ressembler à de larges boîtes à fleurs.

Emplois d'été

La coopérative a embauché deux élèves, ces derniers mois, afin d'avoir la main-d'oeuvre nécessaire durant toute la période de production. Xavier Bourque est l'un des deux adolescents engagés. Il retire une satisfaction évidente de sa participation aux activités de la jeune entreprise.

«Mon grand-père avait un grand jardin derrière chez lui et je l'ai souvent aidé à s'en occuper, confie l'adolescent. Moi, je trouve ça super plaisant comme activité de cultiver des légumes. C'est simplement un bonus pour moi d'avoir gagné de l'argent en faisant ce travail.»

Impliquée dans le projet depuis le début, Catherine Lussier juge fort important que les jeunes réalisent le lien existant entre la nourriture et ce qu'ils sont. «On est ce qu'on mange. C'est important que les gens comprennent ça et, justement, ce type d'initiative permet d'ouvrir les yeux des participants», soutient-elle.

Dans la région de Memphrémagog, le Collège Servite à Ayer's Cliff désire mettre sur pied un projet semblable.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer