Demers comprend la déception d'Owl's Head

Jacques Demers, préfet de la MRC de Memphrémagog,... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Jacques Demers, préfet de la MRC de Memphrémagog, estime que les centres de ski de la province « ont besoin d'aide ».

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Persuadé de la justesse de la décision de la MRC de Memphrémagog, le préfet Jacques Demers préfère ne pas prêter trop d'attention aux propos du propriétaire de la station de ski Owl's Head, Fred Korman, au sujet du financement public auquel aura droit la Corporation ski et golf Mont-Orford durant les prochaines années.

Dans l'édition de mardi de La Tribune, M. Korman soutient que la station Mont-Orford livrera une « concurrence déloyale » à son centre de ski quand elle commencera à recevoir les 2,5 millions $ que lui a promis la MRC de Memphrémagog.

« C'est son opinion, réagit Jacques Demers, qui est également président de la Corporation ski et golf Mont-Orford. Moi, je n'ai pas le goût de me prononcer sur l'affirmation qu'il a faite. L'objectif, ce n'est pas de concurrencer Owl's Head, de toute façon. On est dans le même marché, vous savez. »

M. Demers laisse néanmoins entendre qu'il comprend la déception de Fred Korman. « Si j'étais à sa place, j'aimerais comme lui avoir des subventions », reconnaît-il, tout en ajoutant que sa relation avec l'homme d'affaires demeure bonne.

D'ailleurs, le préfet de la MRC de Memphrémagog estime que les centres de ski de la province « ont besoin d'aide ». Il note par exemple que les stations utilisent beaucoup d'électricité tous les ans et que cela les force à dépenser une petite fortune. « C'est dans les principales dépenses. Ça pose un défi tous les hivers. »

Jacques Demers rappelle dans la foulée que le Centre récréotouristique Montjoye a fermé ses portes il y a quelques années après que la Ville de Sherbrooke a décidé de vendre ses installations. Le propriétaire du centre au moment de la fermeture, Serge Couture, s'était montré déçu des revenus générés par la montagne.

« Je le dis depuis des années que cette fermeture n'a pas été une bonne nouvelle. On ne voudrait pas que ça arrive encore, c'est certain. Le partenariat qu'on envisage entre Orford et Owl's Head est probablement une des solutions pour éviter une autre fermeture. »

Un « pilier économique »

Aux propos de Fred Forman, Jacques Demers oppose par ailleurs l'idée que la station Mont-Orford jouera un véritable « rôle de pilier économique » dont les retombées profiteront à tous dans la MRC de Memphrémagog.

« En injectant de l'argent dans cette station, on investit dans le principal attrait touristique de l'Estrie, si on inclut le parc national du Mont-Orford. Ce qui est bien également, c'est qu'on pourra se servir des installations de la station à longueur d'année. »

Puisque la MRC de Memphrémagog a des ambitions relativement grandes, elle espère que le gouvernement du Québec acceptera de supporter financièrement une partie des projets de la station Mont-Orford. On aimerait également que la Ville de Sherbrooke, où résident de nombreux habitués de la montagne, participe à l'effort.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer