Mises à pied massives au Mondial des cultures

Malgré les mises à pied temporaires annoncées lundi,... (Archives La Tribune)

Agrandir

Malgré les mises à pied temporaires annoncées lundi, la direction du Mondial des cultures soutient que l'édition 2016 de l'événement a été supérieure à la précédente et que tout le monde est optimiste à l'égard de la prochaine.

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Drummondville) Le conseil d'administration du Mondial des cultures de Drummondville a mis à pied temporairement la moitié de ses employés permanents, au cours des dernières semaines.

Les seules personnes toujours en poste sont la directrice générale par intérim, Johanne Marceau, ainsi que la comptable et la réceptionniste. Selon la vice-présidente de l'événement, Josée Vendette, cette décision a été prise en cohérence avec cette période de l'année où il y a moins d'activité entourant le Mondial et par souci d'économie.

« Il n'y a pas lieu de s'inquiéter, il n'y a pas de crise comme voudraient le laisser croire certains. C'est une question de saine gestion, il y a un redressement à faire. Il n'y a pas vraiment d'ouvrage pour ces personnes en ce moment, alors nous avons effectué une mise à pied temporaire et nous les rappellerons au cours des prochains mois afin de préparer le prochain événement », explique l'administratrice.

Certains médias ont véhiculé que l'avenir du Mondial était incertain, affirmation qui est tout à fait fausse selon Mme Vendette. En fait, l'édition 2016 de l'événement a été supérieure à la précédente et tout le monde est optimiste à l'égard du prochain.

« Nous n'avons pas encore tous les chiffres en main, mais ça semble positif. Nous ne ferons pas de profit pour éponger les déficits des dernières années, mais nous n'aurons pas un manque à gagner aussi important c'est certain. Nous avons eu une très belle année, malgré la pluie », ajoute Mme Vendette.

Risque

La vice-présidente admet que cet épisode de mises à pied comporte son lot de risque, les personnes mises sur le carreau temporairement possèdent une expertise importante pour le Mondial. On prend le pari qu'elles seront toujours disponibles à l'automne, lorsqu'on les rappellera.

« Ces mises à pied pourraient devenir cycliques, mais on travaille très fort afin de générer de l'activité en dehors du Mondial afin de justifier leur présence parmi nous toute l'année durant. Il y aurait peut-être lieu de créer des partenariats avec d'autres organismes », suggère-t-elle.

En 2014, le Mondial des cultures a essuyé un déficit de 134 000 $ attribuable notamment à une diminution marquée de l'achalandage. Cette situation a obligé l'organisation à revoir sa façon de faire et à limiter ses dépenses. En 2015, l'événement a encore une fois été dans le rouge, mais cette fois de 54 349 $.

Josée Vendette a par ailleurs confirmé qu'on n'avait pas renouvelé le contrat de l'ancien directeur général, Charles Guillemette. Ce dernier a quitté le Mondial au cours des semaines précédant la présentation du dernier événement, pour des raisons de santé.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer