La CAQ choisit Éric Lefebvre dans Arthabaska

Le chef de la Coalition avenir Québec, François... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, en compagnie de son candidat dans Arthabaska, Éric Lefebvre.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Victoriaville) Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a fait de l'homme d'affaires Éric Lefebvre son candidat dans la circonscription d'Arthabaska en vue de l'élection partielle rendue nécessaire à la suite du décès de la députée Sylvie Roy le 31 juillet dernier.

« Ça nous prenait un candidat avec des convictions pour donner une leçon aux libéraux et on pense qu'on l'a trouvé. On se considère chanceux qu'il ait accepté, il était notre premier choix », s'est réjoui le chef.

Propriétaire de Chevrons Vigneault de Saint-Ferdinand, Lefebvre n'en est pas à ses premières armes en politique. Il a été conseiller à la Ville de Victoriaville de 2001 à 2008, puis a porté les couleurs du Parti conservateur du Canada aux élections fédérales de 2008. Il a enfin baissé pavillon face à Alain Rayes lors de la course à la mairie de 2009.

« Ça me coule dans les veines. La politique, c'est une passion pour moi, ça fait partie de mes gènes. J'ai un désir d'aider les gens et de faire progresser ma région et la politique, c'est un bon véhicule pour y arriver », estime-t-il.

Avant d'arrêter son choix, Legault a fait appel au député conservateur Alain Rayes afin de cibler les candidats qui défendraient le mieux les intérêts de son parti. Le nom d'Éric Lefebvre a fait l'unanimité.

« Éric est un homme d'action, de résultats et d'implication sociale, trois valeurs qui définissent parfaitement la CAQ. Quand on regarde le CV et les nombreux accomplissements d'Éric, on a presque le tournis », clame-t-il, faisant notamment allusion à la Fondation Christian Larochelle qu'il a créée afin de venir en aide aux enfants malades, ainsi qu'aux nombreuses présidences d'honneur qu'il a acceptées.

Legault a bon espoir que son nouveau poulain aille rejoindre les trois autres députés caquistes du Centre-du-Québec à l'Assemblée nationale. Il faut dire que le parti est bien en selle dans Arthabaska depuis 2012.

« Il ne faut rien tenir pour acquis, mais le Centre-du-Québec est une région qui nous est favorable parce qu'on y retrouve beaucoup de gens de la classe moyenne et beaucoup de travailleurs qui ont des conditions moins intéressantes que dans d'autres secteurs. Le défi est encore plus grand afin d'améliorer ces conditions », indique-t-il.

Éric Lefebvre ne cache pas que l'actuelle situation du Parti québécois est susceptible de lui conférer un avantage. « La PQ est à se déchirer dans le cadre d'une course à la chefferie. Leur priorité est de débattre à savoir s'il faut faire la souveraineté tout de suite ou plus tard. Moi, c'est mon comté (la priorité)», statue-t-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer