Protection contre les incendies: Nathalie Pelletier exprime des réserves

Nathalie Pelletier... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Nathalie Pelletier

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Malgré qu'il soit endossé par des intervenants-clés, le projet de bonification des services offerts par les pompiers de la Ville de Magog ne rallie pas tous les membres du conseil de la municipalité.

Lors de la dernière assemblée publique du conseil municipal, la conseillère Nathalie Pelletier a fait savoir qu'elle avait des réserves concernant ce projet. Elle avait préalablement exprimé ses préoccupations au directeur général de la Ville de Magog, Claude Marcoux, à l'occasion d'une rencontre privée.

« On n'a pas encore le dossier complet entre les mains, fait valoir Mme Pelletier. Pour le moment, il me manque des informations pour prendre une décision éclairée. Ce que je sais par contre, c'est qu'il faut respecter la capacité de payer des contribuables. Je crois qu'il y aurait moyen d'accroître l'efficacité sans une hausse du budget importante. »

On ignore pour le moment quelles mesures seraient prises pour rendre le service de protection contre les incendies de la Ville de Magog plus efficace. Il est toutefois question d'accroître le nombre de pompiers présents en caserne. Le projet de fermeture de la caserne du secteur Southière aurait également été abandonné.

Selon Nathalie Pelletier, le « risque zéro en matière d'incendie n'existe pas. On peut toujours vouloir avoir un super service, mais on est obligé de faire des choix parce qu'il y a d'autres départements qui ont des besoins. »

Au cours des dernières semaines, le conseiller municipal Yvon Lamontagne avait indiqué que des interventions récentes des pompiers avaient provoqué une prise de conscience parmi les dirigeants de la Ville. Il avait notamment relaté un cas, survenu sur le lac Memphrémagog, qui tendait à démontrer que les sapeurs ont besoin d'un nouveau bateau.

Mais Mme Pelletier ne semble pas avoir réagi de la même façon que son collègue à cette série d'interventions difficiles. Elle ne considère d'ailleurs pas urgent d'acheter un nouveau bateau. « Plusieurs municipalités sont présentes autour du lac et d'autres organisations, comme la GRC et la Régie de police Memphrémagog, s'en occupent aussi. Ça ne concerne pas que Magog », lance-t-elle.

Nathalie Pelletier dit espérer que le grand patron de la Ville, Claude Marcoux, et le directeur du service incendie, Serge Collins, « sauront reconnaître d'où part Magog et constateront que les besoins dans l'organisation sont multiples. »

Par ailleurs, bien que courent certaines rumeurs la concernant, Mme Pelletier assure qu'elle ne se prépare pas à briguer la mairie en 2017. « Je n'aspire pas à la mairie. Je n'ai pas d'agenda caché. Et je ne déciderai qu'au printemps si je me présente aux prochaines élections ou pas. »

Elle rappelle dans la foulée qu'elle a plus d'une fois exprimé publiquement son opinion en lien avec des dossiers municipaux de première importance au cours des dernières années. « Je n'essaie pas de me positionner pour les élections », assure-t-elle.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer