Gilles Bélanger s'intéresse aussi à Owl's Head

Selon Gilles Bélanger, Owl's Head accueille de nombreuses... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Selon Gilles Bélanger, Owl's Head accueille de nombreuses familles et que son terrain de golf est carrément «fabuleux».

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Multipliant les projets de nature économique dans le secteur de Magog, l'homme d'affaires Gilles Bélanger démontre maintenant de l'intérêt pour la station de ski Owl's Head, dirigée par Fred Korman depuis plus de 50 ans. Les deux interlocuteurs assurent toutefois que leurs discussions n'en sont qu'au stade «préliminaire».

Multipliant les projets de nature économique dans le... (Archives, La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Multipliant les projets de nature économique dans le secteur de Magog, l'homme d'affaires Gilles Bélanger démontre maintenant de l'intérêt pour la station de ski Owl's Head.

Archives, La Tribune

M. Bélanger n'aurait rencontré le propriétaire de la station Owl's Head qu'une seule fois jusqu'à présent. La nature des discussions entre les deux hommes reste secrète, mais il semble que la première rencontre se soit bien déroulée.

«J'ai trouvé que M. Korman est un entrepreneur allumé, déclare l'homme derrière le projet de la place Tourigny à Magog. Quoi qu'il arrive, je pense qu'il devrait continuer à contribuer au développement de la station. Je ne le verrais pas quitter tout d'un coup même si de nouveaux joueurs entraient en scène.»

Selon Gilles Bélanger, Fred Korman possède un «superbe site». Il souligne que Owl's Head accueille de nombreuses familles et que son terrain de golf est carrément «fabuleux».

Lorsqu'on lui demande où il dénicherait les capitaux pour une éventuelle transaction, il affirme que les «projets intéressants» attirent habituellement des investisseurs.

«Ma vision par rapport à la montagne est évolutive et je parle avec plusieurs intervenants des possibilités qui existent. Ce qui est certain toutefois, c'est qu'on aurait besoin de toute la MRC pour réussir», lance-t-il sans préciser davantage sa pensée.

Pour sa part, le propriétaire du centre de ski se fait avare de commentaires. Il ne cache pas, cependant, être ouvert à l'idée de vendre sa montagne. «Tant que je n'ai pas de chèque en main, rien n'est conclu», s'amuse-t-il à répéter.

«Il serait important qu'aux deux endroits on propose entre 250 et 300 journées de montagne.»


Un partenariat

S'il s'intéresse à l'avenir d'Owl's Head, M. Bélanger insiste sur un point: cette montagne gagnerait clairement à développer un partenariat solide avec la station Mont Orford, située à une trentaine de kilomètres.

«Orford n'est pas à vendre et il s'est fait du bon travail sur place ces dernières années, note l'homme d'affaires. De mon côté, je pense qu'il faudrait que les deux montagnes, qui sont reliées par le lac Memphrémagog, travaillent ensemble. Elles se complètent bien à mon avis et ont toutes les deux un beau potentiel.»

Gilles Bélanger considère qu'il serait important de développer des projets pour les saisons du printemps, de l'été et de l'hiver autant au mont Orford qu'à Owl's Head.

«Il serait important qu'aux deux endroits on propose entre 250 et 300 journées de montagne, ce qui inclut les journées de ski. On aurait donc besoin de développer l'offre d'activités pour atteindre cet objectif.»

En ce qui concerne le ski, M. Bélanger note qu'il est primordial pour une station en Estrie de pouvoir enneiger rapidement ses pistes. Ce constat découlant des changements climatiques devrait d'après lui orienter les décisions des gestionnaires d'Owl's Head et du Mont Orford.

Rappelons en terminant que l'homme d'affaires est aussi à l'origine de la construction du Carrefour santé globale à Magog ainsi que de l'édifice qui abrite l'École Montessori Magog.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer