Une 23e Fête des vendanges animée

Avec ses 130 exposants et le beau temps... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Avec ses 130 exposants et le beau temps qui s'annonce,  la Fête des vendanges Magog-Orford promet d'être animée et achalandée.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Près de 130 exposants, des vignobles, des cidreries mais aussi des joailliers et des designers de vêtements, seront réunis à la pointe Merry cette fin de semaine ainsi que la suivante. La 23e édition de la Fête des vendanges Magog-Orford promet d'être animée et achalandée.

Des chefs réputés, parmi lesquels Jonathan Garnier, Jérôme Ferrer et Patrice Demers, prendront part à la Fête des vendanges aux côtés de vedettes de la restauration locales comme Daniel Charbonneau et Francis Wolf. Les chefs invités à l'événement prépareront des recettes devant le public.

Pendant toute la durée de la Fête des vendanges, les visiteurs pourront également assister à des prestations musicales. Les chanteurs Ian Kelly, King Melrose, Shaharah de même que le groupe Jaune figurent parmi les artistes qui monteront sur scène pendant l'événement.

Les prévisions météo pour le premier week-end étant des plus invitantes, il y a fort à parier que l'événement attirera des foules importantes samedi, dimanche et lundi. La fête a attiré plus de 80000 visiteurs en 2015.

La 23e édition de la Fête des vendanges prend son envol samedi. À noter que le site de la pointe Merry demeurera ouvert et que les activités se poursuivront lundi, jour de la fête du Travail.

Jérôme Ferrer... (Archives, La Tribune) - image 2.0

Agrandir

Jérôme Ferrer

Archives, La Tribune

Jérôme Ferrer, l'ambassadeur des artisans

Grand défenseur des produits du terroir, le réputé chef Jérôme Ferrer débarquera à la pointe Merry à Magog dimanche afin de participer à la 23e édition de la Fête des vendanges Magog-Orford. Il n'a encore jamais pris part à l'événement annuel, mais il a entendu beaucoup de bien à son sujet. «Je suis tellement excité», lance-t-il au sujet de sa participation prochaine au très couru rendez-vous.

Le propriétaire du restaurant Europea à Montréal souhaite depuis années avoir le temps de se rendre à la Fête des vendanges. «Ce n'est pas facile de me libérer au moment de la rentrée scolaire, reconnaît-il. J'ai plusieurs employés avec enfants qui veulent des congés à ce moment-là.»

Jérôme Ferrer a grandi dans un tout petit village situé dans le sud de la France. Sa famille possédait un vignoble et produisait également un peu de fromage. L'adage selon lequel la pomme tombe habituellement près de l'arbre se vérifie parfaitement dans son cas.

«Non seulement on faisait du vin et du fromage, mais en plus on avait un potager et la mer Méditerranée n'était pas trop loin, ce qui nous permettait d'avoir facilement accès à du poisson frais, souligne-t-il. Ça c'est mon enfance.»

Il affirme que son père était un artisan «ultra-habile». Toutefois, il reconnaît que celui-ci avait du mal à vendre ses produits. «C'était un mauvais vendeur. Il faut comprendre que, pour l'artisan, ce n'est pas nécessairement facile de mettre un prix sur son travail et sur ce qu'il vaut lui en tant que boulanger, vigneron ou autres.»

Sachant donc que les artisans ont parfois des lacunes en ce qui concerne la vente, Jérôme Ferrer se fait un devoir de promouvoir sans cesse les produits du terroir à travers son métier de restaurateur.

Par exemple, il a ajouté une cave à fromages à l'Europea. «On a 100 variétés à offrir à la clientèle. On est les seuls à proposer ça. Je le fais parce qu'il y a des fromages d'exception au Québec et que je veux être un ambassadeur pour les artisans d'ici», explique-t-il.

Les vins québécois

Possédant lui-même des vignes en France, Jérôme Ferrer a son opinion sur les vins produits en Amérique du Nord. Il avoue avoir déjà cru que la viticulture n'avait pour ainsi dire aucun avenir aux États-Unis, mais s'est par la suite ravisé. «Il y a maintenant des vins qui font pâlir d'envie de grandes maisons chez nos voisins américains», note-t-il.

S'il semble avoir certaines réserves concernant les vins québécois, il admet que les vignerons de la province ont beaucoup cheminé au cours des dernières décennies. «On retrouve des blancs et des rosés surprenants au Québec. C'est plus difficile avec les rouges par contre.»

Dimanche entre 14 h 15 et 16 h, Jérôme Ferrer démontrera toute l'étendue de son savoir-faire dans le cadre d'un atelier culinaire qu'il animera à la pointe Merry.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer