La directrice du Parc du Mont-Mégantic croit au travail d'équipe

Au sein de la famille de la Sépaq,... (La Tribune, Ronald Martel)

Agrandir

Au sein de la famille de la Sépaq, Nathaël Bergeron a oeuvré dans deux parcs nationaux, le Parc marin du Saguenay-Saint-Laurent et celui de la Yamaska, en Montérégie, avant de devenir directrice générale du Parc national du Mont-Mégantic, en décembre 2015. Elle a remplacé Pierre Goulet qui y était depuis quelques décennies. Au Parc du Mont-Mégantic, elle doit servir deux clientèles, une de plein air et l'autre intéressée par l'astronomie.

La Tribune, Ronald Martel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Notre-Dame-des-Bois) Nathaël Bergeron avait de grands souliers à remplir quand elle est arrivée à Notre-Dame-des-Bois, en décembre 2015, pour prendre la relève à la direction du Parc national du Mont-Mégantic (PNMM) et de l'ASTROLab, en remplacement de Pierre Goulet.

Car ce dernier avait su s'imposer dans la région de Mégantic, comme leader de grande influence parmi les directeurs d'attractions touristiques. C'est que le PNMM et l'ASTROLab jouent le rôle de Tour Eiffel dans la région de Mégantic, comme produits d'appel.

Nathaël Bergeron se dit privilégiée de travailler avec l'équipe des 47 employés du PNMM, en haute saison, comme actuellement.

« C'est une chance de travailler avec eux, car ces gens-là font avancer le Parc et l'ASTROLab. Tous sont capables de se questionner pour s'améliorer, ils connaissent le produit parc et aussi l'autre clientèle, celle de l'Observatoire. Nous avons une bonne clientèle plein air et une autre en astronomie. Nous recevons de 150 à 200 personnes chaque soir. Je crois beaucoup au potentiel de chacun. Nous agissons en collégialité, c'est un travail d'équipe. Mon rôle, c'est de mettre chacun à contribution pour que nous soyons tous gagnants. Il s'agit d'avoir du plaisir, dans le respect, la valorisation de chacun, avec des conditions gagnantes. Des employés qui ont le sourire travaillent avec plus de coeur », indique Mme Bergeron.

Biologiste de formation, Nathaël Bergeron a complété un baccalauréat en biologie, avec une spécialité en science aquatique, à l'Université Laval, et une maîtrise en gestion de la faune et des habitats, à l'Université du Québec à Rimouski.

Après un séjour de près de trois ans au Yukon, où elle avait envie de vivre quelque chose de spécial, « une région sauvage, extraordinaire, de plein air, où vivent surtout des expatriés de partout, où la solidarité se vit quotidiennement entre les personnes », elle a voulu se rapprocher de sa famille en venant travailler dans une coop en développement multi-ressources, dans son Saguenay natal.

« Je m'occupais de développer un nouveau modèle de gestion, comme chargée de projet, pour harmoniser les usages sur les terres publiques, en développement du territoire et en foresterie. Puis j'ai travaillé par la suite au Parc marin du Saguenay-Saint-Laurent, un parc national particulier. Je m'occupais surtout de la portion fjord, entre La Baie et La Malbaie - Escoumins, un parc co-géré par le Québec et le Canada, où il y avait un enjeu de navigation et de pêche », raconte-t-elle.

Par la suite, elle a oeuvré de 2013 à 2015 au Parc national de la Yamaska, près de Granby, un parc riche en biodiversité, créé pour sécuriser la source d'eau potable de cette ville.

Puis, quand elle a vu l'offre d'emplois à la direction du Parc du Mont-Mégantic, elle a ressenti l'appel de la nature.

« Le territoire magnifique de ce parc m'intéressait au plus haut point. J'étais venu à quelques reprises et l'appel de la science m'avait interpellée. La composante vulgarisation scientifique m'intéressait aussi, comme la recherche, depuis toujours. J'étais curieuse, en même temps, je suis venue ici pour la magie, pour l'émerveillement. Mon équipe rapprochée porte l'émerveillement en elle ! »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer