Magog oeuvre à améliorer son service incendies

Le service incendie de Magog répond aux exigences... (123RF)

Agrandir

Le service incendie de Magog répond aux exigences du schéma de couverture de risques de la MRC de Memphrémagog.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) La Ville de Magog devrait-elle accroître de façon significative l'efficacité de son service de protection contre les incendies, tout en sachant que cela l'obligerait à dépenser davantage? Voilà une question que les élus de la municipalité se posent sérieusement par les temps qui courent.

Le nouveau directeur général de la Ville de Magog, Claude Marcoux, affirme qu'il consacre beaucoup de temps à la restructuration du service de protection contre les incendies. Il travaille sur ce dossier en compagnie de Serge Collins, actuel dirigeant du service.

« C'est sur ce dossier que je mets le plus d'énergie en ce moment. Les choses avancent très rapidement par rapport aux pompiers », confie M. Marcoux, lequel a succédé à Armand Comeau plut tôt cet été.

Claude Marcoux le reconnaît d'emblée, le service incendie de la Ville répond aux exigences du schéma de couverture de risques de la MRC de Memphrémagog. Il se montre néanmoins convaincu qu'une hausse de la prestation de services est souhaitable à court terme.

Présentement, la majorité des élus magogois sont tout à fait réceptifs à l'idée d'une bonification de l'offre. Mais ils n'ont pris aucune décision définitive.

« C'est le conseil municipal qui aura le dernier mot. Et, même s'il dit oui à une amélioration, il pourra revoir à la baisse ce qui est proposé », insiste M. Marcoux.

Lundi soir, les membres du conseil municipal ont reçu la visite d'un directeur de service incendie oeuvrant dans une municipalité de taille comparable à celle de Magog. Celui-ci a expliqué aux élus les raisons ayant poussé la municipalité qui l'emploie à hausser le budget qu'elle alloue à la lutte aux incendies.

Présentement, la question de la gestion des risques liés aux incendies est au centre des discussions dans plusieurs municipalités du Québec.

Le feu tragique survenu à l'Isle-Verte en 2014, qui avait entraîné dans la mort 32 aînés, a provoqué une prise de conscience.

À Magog, des événements récents ont également forcé les dirigeants de la municipalité à réfléchir au travail des pompiers. Un feu à Orford, un autre dans le secteur Venise ainsi qu'une intervention sur le lac Memphrémagog ont permis de constater certaines limites.

L'avenir de Luc Paré

Par ailleurs, selon les informations obtenues par La Tribune, les élus se pencheront sur l'avenir de Luc Paré, prédécesseur de Serge Collins, au cours des prochains jours.

Ils auront alors en main le rapport de la firme CFA portant sur les difficultés vécues au service incendie de la Ville depuis quelques années.

Rappelons que, en janvier dernier, les pompiers syndiqués de la Ville ont retiré leur confiance à M. Paré lors d'un vote en assemblée générale. Par la suite, celui-ci a été suspendu avec solde durant plus d'un mois avant d'être finalement réintégré dans ses fonctions. On a statué, après enquête, que les allégations qui le concernaient étaient « non fondées ».

L'automne dernier, l'ancien directeur du service incendie avait demandé à être rétrogradé au rang de capitaine. Sa demande avait été acceptée par Armand Comeau, mais elle n'a jamais été entérinée par un vote du conseil municipal en assemblée publique.

Le nouveau directeur général de la Ville de... (Archives, La Tribune) - image 2.0

Agrandir

Le nouveau directeur général de la Ville de Magog, Claude Marcoux, affirme qu'il consacre beaucoup de temps à la restructuration du service de protection contre les incendies.

Archives, La Tribune

Des interventions récentes alimentent la réflexion

Le président de la Commission de la sécurité publique de la Ville de Magog, Yvon Lamontagne, semble sur la même longueur d'onde que le nouveau directeur général de la municipalité, Claude Marcoux, en ce qui a trait à l'avenir du service de protection incendie local.

« Oui, je partage l'opinion de M. Marcoux par rapport à l'amélioration des services offerts par les pompiers, indique M. Lamontagne. Des interventions récentes nous ont fait prendre conscience qu'une bonification est nécessaire. Il faut être capable de protéger les gens correctement. »

Le représentant du district Omerville au conseil municipal révèle notamment qu'un nouveau bateau sera acheté pour faciliter le travail des pompiers lors d'interventions sur les lacs.

« Récemment, les pompiers ont dû intervenir sur le lac Memphrémagog à cause d'un feu sur un bateau, explique Yvon Lamontagne. Il a fallu avoir l'aide de plaisanciers autour pour évacuer les gens à bord parce que le bateau utilisé pour l'évacuation n'était pas assez gros pour prendre tout le monde d'un coup. Ça fait partie des difficultés qui ont été rencontrées ces derniers mois. »

Pour défendre l'idée d'une hausse du budget alloué au service incendie de la Ville de Magog, M. Lamontagne affirme également qu'il faut prioriser les bons dossiers.

« La protection contre les incendies, c'est un service de base. On doit pouvoir offrir le maximum aux citoyens en fonction des secteurs dans lesquels ils habitent. »

Selon des sources, Magog aurait un service incendie relativement peu performant, si on le compare avec celui d'autres villes de taille comparable situées au Québec. Le nombre de pompiers de garde en caserne serait peu élevé à Magog.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer