De nouvelles zones inondables identifiées à Magog

(recu de Quirion, Rene-Charles )La Tribune, René-Charles QuirionUne... (Archives La Tribune)

Agrandir

(recu de Quirion, Rene-Charles )La Tribune, René-Charles QuirionUne vingtaine de roulottes du camping lÎle-Marie sont restées prises au piège par la crue soudaine de la rivière Saint-François.

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Confrontée à des inondations importantes en septembre 2013, la Ville de Magoga identifié de nouvelles zones inondables sur son territoire. Ces zones sont situées en bordure de la rivière aux Cerises ainsi que des ruisseaux Rouge et Custeau.

Les terrains situés en bordure de la rivière aux Cerises, au nord de l'autoroute 10, font partie des nouveaux «secteurs à risque d'inondation». Dans le cas des ruisseaux Rouge et Custeau, les zones sont fragmentées.

«Le nouveau règlement 2581-2016 a été élaboré sur la base des plus récentes données sur les crues des trois cours d'eau. Au lendemain d'épisodes d'inondation, la Ville a fait appel à un consultant en géomorphologie fluviale, qui a analysé les secteurs touchés et leur a attribué des cotes selon deux niveaux de risque potentiels», indique un communiqué émis par la municipalité.

Dans les zones possédant une cote 0-20 ans, «toutes les construction, ouvrages ou travaux» sont interdits, sauf pour quelques exceptions.» Des restrictions s'appliquent aussi dans les secteurs ayant une cote 0-100, mais elles sont nettement moins sévères.

Notons que les deux cotes sont attribuées en fonction de la fréquence des inondations. Les espaces cotés 0-20 ans sont plus souvent inondés que ceux de la seconde catégorie.

«L'objectif de ces mesures est de prévenir les dommages et les coûts associés aux sinistres, mentionne la mairesse de Magog, Vicki May Hamm. Lors des pluies torrentielles de 2013, nous avons eu des épisodes d'inondation qui ont perturbé la vie de plusieurs propriétaires et citoyens. Ils ont perdu des bien et vécu des situations traumatisantes. Nous voulons éviter que cela se reproduise.»

Coordonnatrice à l'environnement à la Ville, Élyse Ménard invite les contribuables des secteurs concernés à s'adresser à un inspecteur municipal avant d'entreprendre tout projet de construction sur leurs terrains.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer