Magog améliorera son service incendie dans le secteur du lac Lovering

La Ville de Magog posera des gestes concrets... (Archives, La Tribune)

Agrandir

La Ville de Magog posera des gestes concrets pour améliorer la qualité des services offerts aux citoyens du secteur du lac Lovering en matière de sécurité incendie.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) La Ville de Magog posera des gestes concrets pour améliorer la qualité des services offerts aux citoyens du secteur du lac Lovering en matière de sécurité incendie.

À court terme, la Ville de Magog devrait procéder à l'installation de trois nouvelles bornes sèches dans le secteur du lac Lovering. Trois larges réservoirs de 20 000 gallons chacun seront ainsi placés dans le sol à des endroits stratégiques. Ils permettront aux pompiers d'avoir plus facilement accès à de l'eau lorsqu'ils interviennent dans cette portion de la municipalité.

Une des bornes sèches sera installée sur un terrain appartenant à la Ville. Des négociations sont en cours en vue de conclure des ententes avec des propriétaires du secteur du lac Lovering pour l'installation des deux autres réservoirs.

Selon les informations obtenues par La Tribune, l'achat des réservoirs coûtera environ 115 000 $. L'installation sera effectuée par des employés de la Ville, ce qui permettra des économies. Les travaux sont prévus à court terme.

« Le directeur par intérim du service incendie, Serge Collins, dit que ça prend des hommes et de l'eau pour éteindre un feu, souligne le président de la Commission de la sécurité publique de la Ville de Magog, Yvon Lamontagne. Il y aura maintenant plus d'eau dans le secteur du lac Lovering, qui est très étendu en superficie. »

Les interventions des pompiers dans cette portion de la municipalité ne sont pas très nombreuses. Cela n'est toutefois pas une raison pour négliger ce secteur, d'après M. Lamontagne. « Il faut toujours être prêt à intervenir partout sur le territoire », déclare-t-il.

Afin justement d'améliorer encore davantage les services dont bénéficient les citoyens du secteur du lac Lovering, la Ville devrait parapher une nouvelle entente d'entraide avec le Canton de Stanstead.

Magog souhaite que les pompiers du Canton de Stanstead soient automatiquement appelés quand une alerte est déclenchée à proximité du lac Lovering. Signée récemment, l'entente qui lie les deux municipalités prévoit des interventions uniquement quand l'une des deux demande l'aide de sa voisine.

Ajoutons qu'un nouveau camion incendie sera acheté pour la caserne numéro trois, laquelle dessert le secteur concerné. On procédera à son achat à court terme.

Le bonheur de tous?

Représentant le district des Deux-Lacs, la conseillère municipale Diane Pelletier préfère pour sa part ne pas se réjouir trop vite. « J'aimerais ça que l'ensemble des citoyens de cette zone soient satisfaits de ces améliorations, mais je ne suis pas certaine qu'elles feront le bonheur de tous », admet-elle.

D'ailleurs, à ceux qui pourraient espérer des améliorations supplémentaires dans le futur, Mme Pelletier rappelle que les services de protection contre les incendies sont habituellement moins performants en zone rurale, et ce, pour des raisons de coûts et de démographie.

Quoi qu'il en soit, la conseillère municipale estime que la qualité du service sera améliorée sur la portion de territoire concernée. « Je suis contente de ce qui s'en vient », confie-t-elle.

Caserne numéro un : la Ville cherche un nouvel emplacement

Tout laisse croire que la caserne numéro un du service incendie de la Ville de Magog ne déménagera pas au 520 de la rue Saint-Luc, contrairement à ce qui avait été annoncé par la municipalité.

Selon les informations obtenues par La Tribune, la Ville de Magog cherche déjà un nouvel emplacement pour sa caserne numéro un, actuellement située à l'angle des rues Principale Est et Sherbrooke.

Il semble que l'emplacement qui avait été retenu ne convient pas très bien à la construction d'une caserne. Le 520 de la rue Saint-Luc prend place à l'intérieur d'un quartier résidentiel. On retrouve par surcroît une voie ferrée ainsi qu'une école primaire tout près.

À moins d'un revirement, le futur bâtiment devrait donc être construit en bordure de la rue Sherbrooke, maintenant la principale artère commerciale de la municipalité. Différents sites sont à l'étude.

Par ailleurs, le conseil municipal de Magog envisage de restructurer le service incendie de la Ville de façon importante. Deux cadres récemment embauchés par la municipalité, Claude Marcoux et Serge Collins, ont pour mandat de réviser la structure de ce service. « Les objectifs sont d'optimiser le temps de réponse sur le territoire et de veiller à ce que les ressources humaines, financières et matérielles soient utilisées de la manière la plus efficace possible », indique la Ville.

Il est probable que le nombre de pompiers en service chaque jour augmente. La Ville aurait également mis de côté son projet de fermer sa caserne du secteur Southière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer