La tour a été assemblée à Bolton-Est

La tour de télécommunication que Bell mobilité souhaitait... (Jean-François Gagnon, Archives La Tribune)

Agrandir

La tour de télécommunication que Bell mobilité souhaitait faire ériger en bordure de la route 243 à Bolton-Est a finalement été assemblée tel que le désirait l'entreprise.

Jean-François Gagnon, Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Bolton-Est) La tour de télécommunication que Bell mobilité souhaitait faire ériger en bordure de la route 243 à Bolton-Est a finalement été assemblée tel que le désirait l'entreprise, en dépit de l'opposition de plusieurs citoyens.

Selon les informations obtenues par La Tribune, la tour a été installée lundi. Les travailleurs affectés au chantier s'affairent actuellement à compléter les travaux nécessaires à la mise en service de l'équipement de télécommunication.

Habitant à quelques centaines de mètres seulement de la nouvelle tour, Sandy Wallis Thayer déplore vivement le geste posé par Bell. « C'est une honte de voir qu'ils ont placé cet équipement si près de nos maisons, déclare-t-elle. Il y a une montagne à environ trois kilomètres d'ici et ça aurait été un endroit idéal pour l'implanter. »

Ayant souffert d'un cancer dans le passé, Mme Wallis-Thayer craint que les ondes électromagnétiques qui proviendront de l'équipement nuisent à sa santé. Elle a donc la ferme intention de déménager à court terme.

« Je veux rester dans la région, mais je ne vais pas continuer d'habiter à Bolton-Est, révèle cette citoyenne. Je trouve que cette municipalité ne soutient pas assez ses citoyens. »

Notons toutefois que Bolton-Est a organisé un référendum pour connaître l'opinion de ses citoyens concernant la construction de cette tour. Les participants à cette consultation publique avaient rejeté dans une large proportion ce projet, qui s'est concrétisé sur une terre agricole.

Résidant aussi à Bolton-Est, April O'Donoughue se montre également très déçue de la tournure des événements. « Je sais que Mme Wallis Thayer n'est pas la seule qui a l'intention de partir, note-t-elle. L'installation de cette tour a créé des problèmes dans les familles qui vivent près du site d'implantation. »

Aujourd'hui, Mme O'Donoughue et d'autres opposants seront de retour en cour à Granby. Bell a déjà obtenu une injonction interlocutoire provisoire interdisant aux citoyens mécontents de bloquer l'accès au chemin qui permet de se rendre à la tour. La compagnie désire maintenant que cette injonction soit permanente et réclame également un dédommagement.

« On n'a jamais mis de barrière ou de voiture pour empêcher les travailleurs d'aller sur le chantier, remarque la citoyenne. Même la police nous avait dit qu'on avait le droit de marcher devant l'entrée du chemin. »

Le dossier revient en cour aujourd'hui.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer