Le bras de fer se poursuit à Bolton-Est

Le bras de fer entre Bell mobilité et... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Le bras de fer entre Bell mobilité et un groupe de manifestants à Bolton-Est se poursuit. Pour une troisième journée mercredi, les manifestants ont empêché des travailleurs d'avoir accès au terrain où la compagnie souhaite ajouter une tour de télécommunication.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Bolton-Est) Le bras de fer entre Bell mobilité et un groupe de manifestants à Bolton-Est se poursuit. Pour une troisième journée mercredi, les manifestants ont empêché des travailleurs d'avoir accès au terrain où la compagnie souhaite ajouter une tour de télécommunication.

Selon les informations obtenues, des manifestants ont passé la dernière nuit en bordure de la route 243 afin de s'assurer que les matériaux nécessaires à l'assemblage de la tour ne puissent être transportés jusqu'au site retenu pour l'érection de l'infrastructure de télécommunication.

Les manifestants croient que les ondes émises par les antennes de télécommunication peuvent être nocives pour la santé. Ils déplorent que le site choisi pour l'implantation de la tour se trouve à seulement quelques centaines de mètres de certaines résidences.

Mardi, des opposants au projet de Bell ont reçu des mises en demeure de la part de cette compagnie. Bell menace notamment « d'entreprendre les recours judiciaires appropriés » si nécessaire.

« En empêchant Bell mobilité, ses représentants et/ou ses mandataires d'accéder au site, vous agissez illégalement, notamment en contrevenant à l'article 6 de la Charte des droits et libertés de la personne. Vous pourriez par ailleurs être tenu responsable des dommages que vos actions causeront à notre clientèle », explique-t-on dans une des mises en demeure.

Un appui pour les manifestants

Par voie de communiqué mercredi, le Rassemblement électrosensibilité Québec (RESQ), une organisation nouvellement créée, a donné son appui au groupe de manifestants de Bolton-Est.

Évoquant le « principe de précaution », le RESQ soutient que les tours et antennes de télécommunication ne devraient pas être érigées à moins de 500 mètres de résidences ou de lieux de travail.

« Le RESQ s'inquiète de la prolifération incontrôlée des tours et antennes, écrit le nouvel organisme. Il dénonce le manque d'intérêt des autorités pour les effets possibles de ces installations sur la santé des populations vivant à proximité. »

Ces derniers mois, un référendum au sujet du projet de Bell mobilité s'est tenu à Bolton-Est. Les opposants ont obtenu la majorité des voix à cette occasion.

Le gouvernement fédéral, qui a le dernier mot dans ce genre de dossier, a cependant donné son aval au projet de la compagnie.

Partager

À lire aussi

  • Injonction prolongée à Bolton-Est

    Actualités

    Injonction prolongée à Bolton-Est

    Bell Mobilité et les opposants à sa future tour de télécommunications à Bolton-Est bénéficient d'un peu plus de temps pour préparer leurs arguments. »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer