Un projet de relance de la Traversée encore possible?

Peut-on encore sauver la Traversée internationale du lac... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Peut-on encore sauver la Traversée internationale du lac Memphrémagog?

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Peut-on encore sauver la Traversée internationale du lac Memphrémagog? Plusieurs hésiteraient sans doute avant de répondre à une telle question. Spécialiste en communications et en marketing, Steeve Cloutier propose néanmoins de former un groupe de personnes qui redonnerait vie à l'événement.

Au cours des derniers jours, M. Cloutier a contacté plusieurs personnes afin de discuter du sauvetage de la Traversée du lac Memphrémagog. Il affirme que quelques-unes d'entre elles ont démontré un intérêt réel à s'impliquer dans un projet de relance.

« Je crois qu'on s'est imaginé que Jean-Guy Gingras et Serge Laurendeau, deux des organisateurs de l'événement, étaient éternels, note le Magogois. Il est temps maintenant qu'un nouveau groupe soit créé pour que la Traversée continue d'exister. Elle fait partie du patrimoine de Magog dans le fond. »

Steeve Cloutier souhaiterait que l'organisation actuelle de la Traversée transfère les actifs de l'événement au groupe qu'il espère former. « L'idée, ce serait de repartir avec la même structure que celle existante », précise-t-il.

M. Cloutier affirme que l'ajout de certaines activités pourrait rendre l'événement plus attractif. « Le retour de la course de canots - qui faisait partie de la programmation avant - est une avenue. Mais j'ai d'autres idées. Je préfère par contre les garder pour moi pour le moment. »

À son avis, pour qu'un projet de relance fonctionne, il faudrait nécessairement que la population soit consultée. « Pour survivre, la Traversée devra d'abord plaire aux résidants de Magog. Il faut qu'elle soit à nouveau un gros party de village ou de famille. Quand une population est fière d'un événement, elle se charge elle-même du marketing », soutient-il.

Comme d'autres avant lui, Steeve Cloutier affirme également que la participation des commerçants constitue un incontournable, si on souhaite pérenniser l'événement. Il ne s'attend cependant pas à ce que tous offrent de fortes sommes d'argent pour favoriser la relance. Toutes les formes de contribution seraient bienvenues.

« Je suis conscient qu'il y a une grosse côte à remonter, admet-il par ailleurs. Je pense qu'il faut regarder à long terme dans ce dossier. En investissant le temps nécessaire, il serait possible de sauver la Traversée. »

Le comité à l'écoute

Membre du comité intérimaire mis en place par la Traversée, Serge Laurendeau assure que l'intérêt démontré par M. Cloutier est bien accueilli. Mais il souligne qu'il est beaucoup trop tôt pour se réjouir.

« On est prêt à discuter avec n'importe qui de relance, indique celui-ci. Toutefois, ça ne signifie pas qu'on dira oui à n'importe quoi. On ne voudrait pas accepter un projet de relance qui n'aurait pas d'avenir, par exemple. On désire qu'un groupe sérieux soit mis en place. Ça prendrait un conseil d'administration et un comité organisateur pour que ça marche. »

Tout comme ses collègues membres du comité intérimaire, Serge Laurendeau est prêt à accompagner un éventuel nouveau groupe d'organisateurs. « On serait d'accord pour transmettre nos connaissances », promet-il.

Partager

À lire aussi

  • Un sauveteur pour la Traversée s'avance

    Sports

    Un sauveteur pour la Traversée s'avance

    L'incertitude sur l'avenir de la Traversée internationale du lac Memphrémagog (TILM) tire peut-être à sa fin. L'homme d'affaires et grand sportif... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer