Parc du Mont-Orford: les investissements font accourir les vacanciers

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Orford) Les investissements effectués au parc national du Mont-Orford, au cours des derniers mois, ont fait accourir les vacanciers sur place depuis le début de juillet. Les travaux réalisés semblent clairement plaire, bien que quelques critiques soient formulées.

« La plage du lac Stukely est belle et plaisante, confie Josée Faucher, une mère de famille habitant la région de Sherbrooke. Les modules de jeux sont super agréables. C'est gagnant quand on a une famille! »

Avec son conjoint, Michel Tessier, et sa fille de 7 ans, Mme Faucher séjourne actuellement dans le parc du Mont-Orford. Plus de sept millions $ ont été investis au sein de cette aire protégée. Les travaux complétés ont notamment permis le réaménagement du camping du secteur du lac Stukely, la reconstruction d'un centre de services ainsi que l'ajout de chalets.

Preuve sans doute que la clientèle répond à l'appel, M. Tessier affirme que le service lui a paru un « peu lent » pour la location d'embarcations. « Ils ont probablement un problème d'achalandage », lance-t-il.

Aussi présents à la plage du lac Stukely, Josée Blanchard et Richard Levasseur se montraient ravis de leur expérience. « On n'était jamais venus au parc, sauf pour jouer au golf, a souligné la première des deux. On a fait une belle découverte. »

Mme Blanchard indique avoir particulièrement aimé le petit bistro qui se trouve dans le nouveau centre de services de la plage du lac Stukely. « La terrasse qui surplombe l'eau est superbe. Les gens sont très gentils en plus », lance-t-elle.Intimité perdueHabitant la région de Granby, la dame et son conjoint planifient de revenir au parc du Mont-Orford dans un avenir rapproché. « On voudrait louer un des nouveaux chalets. »

Habituée du parc du Mont-Orford, Amélie Lacroix formule toutefois des critiques en ce qui concerne les travaux de réaménagement du camping du secteur Stukely. « Je trouve qu'une partie de l'intimité a été perdue pour les campeurs, note cette Montréalaise. On reviendra dans le futur parce qu'on aime encore l'endroit, mais on essaiera d'avoir un terrain plus boisé la prochaine fois. »

Directrice de l'aire protégée, BrigitteMarchand est surprise d'entendre le commentaire de Mme Lacroix. « On entend pourtant beaucoup de bravos, déclare-t-elle. Le réaménagement s'est d'ailleurs fait avec la plus grande minutie. On est très content du résultat. »

Dans la foulée, Mme Marchand ajoute que 32 000 arbres et arbustes ont été plantés partout dans le camping. « Les gens ne voient pas toujours ces petits arbres, mais ils vont être importants dans un certain nombre d'années », soutient-elle.

L'équipe de l'aire protégée ignorait comment la clientèle réagirait aux changements effectués. La réponse obtenue en juillet tend à démontrer qu'elle approuve. « On n'a pas fait tant de promotion et on a connu des journées records la fin de semaine dernière. On a pas mal d'Ontariens et un bon nombre d'Américains cet été. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer