Magog sur la route des Tesla

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Alain Goupil</p>
Alain Goupil
La Tribune

(Magog) Il ne faudra pas se surprendre de voir de plus en plus de Tesla circuler dans les rues de Magog. Le fabricant de voitures électriques a en effet inauguré jeudi sa plus récente station de superchargeurs capables de recharger une Tesla en moins de 40 minutes.

Située dans le stationnement du Carrefour santé globale, rue Principale Ouest, entre les sorties 115 et 118 de l'autoroute des Cantons-de-l'Est, cette nouvelle station de recharge compte huit superchargeurs de 200 kilowatts.

Elle s'ajoute ainsi aux quelque 680 stations de recharge que compte maintenant le réseau Tesla à travers l'Amérique du Nord. Outre les superchargeurs, la station de Magog compte également deux bornes de recharge du circuit électrique d'Hydro-Québec destinées aux autres voitures électriques, mais auxquelles les Tesla peuvent s'alimenter à l'aide d'adaptateurs contenus dans la voiture.

Corridor Montréal-Boston

Le propriétaire du site, Gilles Bélanger, indique qu'à ce jour entre 10 et 20 propriétaires de Tesla s'arrêtent quotidiennement à la nouvelle station de Magog afin de recharger leur véhicule. Ce nombre est appelé à croître compte tenu de son emplacement stratégique en bordure de la frontière américaine.

« Pour nous, l'objectif, était de de se positionner dans le corridor Montréal-Boston, de façon à ce que les gens puissent se rendre aux États-Unis où le réseau est encore plus développé qu'ici », précise l'homme d'affaires magogois, lui-même propriétaire d'une Tesla modèle S.

«Le réseau est conçu de façon à pouvoir trouver une station Tesla à environ tous les 250 km.»


Une vingtaine de propriétaires de Tesla s'était donné rendez-vous à l'inauguration de la nouvelle station de Magog, jeudi matin. Parmi eux, on retrouvait trois modèles X, la plus récente création création d'Elon Musk, dont les portes arrières s'ouvrent à la verticale, inspirées des ailes d'un faucon.

Déjà propriétaire d'un modèle S 2014, Guy Bourassa, de Québec, a fait l'acquisition d'un modèle X il y a deux semaines. Il dit l'avoir acheté pour l'espace impressionnant que procure cette berline électrique pouvant accueillir aisément sept passagers.

«  C'est la même technologie que le modèle S, c'est-à-dire qu'elle a un ensemble de batteries de 90 kW et quatre roues motrices intégrales, mais elle loge beaucoup plus. Et l'accès au véhicule se fait debout, ce qui est beaucoup plus agréable pour le dos...».

Comme tous les propriétaires de Tesla, M. Bourassa s'est dit heureux de l'inauguration d'une nouvelle station de superchargeurs sur le territoire québécois. « Quand on vient de Québec, on avait déjà une station à Drummondville, mais celle de Magog nous permet maintenant d'ajouter une autre option à notre itinéraire. »

Selon M. Bourassa, le déploiement du réseau de superchargeurs Tesla a atteint un niveau tel qu'il permet maintenant aux propriétaires de Tesla de parcourir de grandes distances sans crainte d'être confronté à une décharge de sa batterie. « Aujourd'hui, le réseau est conçu de façon à pouvoir trouver une station Tesla à environ tous les 250 km. Et un des avantages de Tesla, c'est que le prix d'achat du véhicule comprend la recharge à vie, alors que le circuit électrique coûte 10 $ de l'heure », précise Guy Bourassa.

Propriétaire d'un modèle S 2015, Steve Janelle, de Longueuil, explique que l'accès à des superchargeurs Tesla permet d'accroître la vitesse de recharge de sa voiture comparativement au circuit électrique d'Hydro-Québec.

« Les superchargeurs de Tesla ont une puissance de chargement d'environ 120 kW, selon les stations, contre 50 kW pour le circuit électrique. L'équation est presque linéaire, dit-il. Une Tesla va prendre 40 minutes à se charger sur un superchargeur contre 1 h 20 sur le circuit électrique. »

De plus, chaque propriétaire de Tesla peut télécharger sur son téléphone intelligent une application lui indiquant que la recharge de sa batterie est terminée.

Plus accessible

Si le prix d'une Tesla (100 000 $ US) demeure encore inaccessible pour le commun des mortels, l'homme d'affaires Gilles Bélanger croit que le gouvernement du Québec possède tous les leviers nécessaires pour rendre l'accès aux voitures électriques plus abordables, à l'instar des pays scandinaves comme la Suède.

« Le Québec est super bien positionné puisqu'il contrôle déjà son électricité. À mon avis, il suffirait que la subvention soit égale ou même 30 % de plus pour que de plus en plus de familles prennent le virage vert », estime Gilles Bélanger.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer