Bianca Bolduc doit retourner en Allemagne une autre fois

Bianca Bolduc... (Archives La Tribune, Frédéric Côté)

Agrandir

Bianca Bolduc

Archives La Tribune, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La Magogoise Bianca Bolduc doit retourner en Allemagne une quatrième fois pour traiter un cancer virulent.

Renaud Légaré... - image 1.0

Agrandir

Renaud Légaré

Jusqu'à maintenant, les soins ont nécessité trois déplacements qui ont permis de procéder à cinq traitements.

«Bianca a bien répondu aux traitements, malgré une douleur assez présente chaque fois», affirme Renaud Légaré, le responsable de la campagne de financement lancée pour lui venir en aide.

«Les radios ont démontré qu'il reste encore de petites tâches au foie, ce qui malheureusement obligera Bianca à y retourner une quatrième fois pour un sixième traitement.»

Rappelons que Bianca Bolduc, une mère de deux jeunes enfants, a subi ses traitements médicaux à Frankfort, en Allemagne, au cours des derniers mois. Elle s'est tournée vers le médecin Thomas Vogl, après avoir épuisé les possibilités de soins non palliatifs au Québec.

Mme Bolduc a appris qu'elle avait un cancer du sein en décembre 2010. Il était pratiquement minuit moins une quand elle a reçu son diagnostic, mais elle est passée au travers et a vécu une période de rémission de quatre années. En 2015, la femme de 43 ans a de nouveau été informée qu'elle souffrait d'un cancer du sein. Elle s'est pliée aux traitements recommandés et tout semblait s'être bien déroulé à la fin de ceux-ci. Mais la maladie est réapparue, plus agressive que jamais.

M. Légaré lance donc une autre vague de financement pour lui permettre de se rendre en Allemagne à nouveau. On souhaite amasser 5000 $.

La première campagne de financement avait touchée la population et avait permis de récolter 58 000 $. L'objectif était de 40 000 $.

«Je lance un appel à tous pour amasser la somme de 5000$ manquante pour financer le dernier déplacement», dit-il.

«Ceux qui auraient aimé participer la première fois et qui ont laissé tomber lorsqu'ils ont vu que nous avions amassé la somme voulue peuvent se reprendre.»

On peut contacter M. Légaré sur sa page Facebook ou bien directement à la Cantine du lac sur la rue Principale à Magog.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer