Un Centre de formation en sécurité ferroviaire et industrielle sera créé

L'Institut en culture et sécurité industrielle Mégantic (ICSIM) sera créé. Il... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Lac-Mégantic) L'Institut en culture et sécurité industrielle Mégantic (ICSIM) sera créé. Il s'agit, dans un premier temps, d'une étude de faisabilité dont les détails du financement restent à venir.

Le président du projet de cet institut, Béland Audet, également propriétaire de Logi-Bel, spécialisé en logistique et situé dans le parc industriel de Lac-Mégantic, a procédé à l'annonce de ce projet, admettant que toute une équipe le soutient dans cette grande aventure.

« Depuis plus de deux ans que nous travaillons sur ce projet, nous faisons tout un pas ce matin. L'idée est venue à Maurice Bernier, l'ex-préfet de la MRC du Granit, de faire de Lac-Mégantic un Davos de la sécurité. C'est permis pour nous de voir grand, à la suite de la tragédie ferroviaire de juillet 2013, c'est cet événement qui va nous relever et nous permettre de faire des grandes choses », a-t-il témoigné.

« Il s'agit d'un organisme sans but lucratif (OSBL) où nous aurons des bénévoles et des partenaires importants. À la base, l'aspect important, c'est l'amour de notre région. Nous commençons par une étude de marché-cible. Le CN et le CP ont de bonnes formations, mais il y a 50 compagnies ferroviaires plus petites au Canada et 500 aux Etats-Unis qui ne peuvent se payer les mêmes formations et qui auront besoin des services de notre institut. »

Le président de la Commission scolaire des Hauts-Cantons (CSHC), Yves Gilbert, est venu parler de tous les partenaires qui mettent la main à la pâte du projet.

« Il s'agit d'une grande concertation entre plusieurs organismes, dont trois du monde de l'Éducation, à la base, soit notre Commission scolaire, le Cégep Beauce-appalaches et l'Université de Sherbrooke. Il y aura un grand déploiement d'expertises. À l'Université de Sherbrooke, on veut développer une chaire associée à l'institut. La formation continue va coller aux besoins de l'industrie et des municipalités. Nous aurons deux thèmes, pour débuter : la formation pour les conducteurs de locomotives et pour les premiers répondants, où les besoins sont criants », de confier M. Gilbert.

Le maire de Lac-Mégantic, Jean-Guy Cloutier, a assuré que sa ville « va supporter ce projet dans toutes ses étapes, car il fait écho aux efforts de relance de Lac-Mégantic. La tragédie a frappé la communauté. Nous savons maintenant l'importance d'être bien préparés à ce genre d'événement! La préparation fait toute la différence! »

Le député de Mégantic-L'Érable, Luc Berthold, s'est réjoui pour sa part que quelque chose de durable, une source de fierté, naisse de la tragédie de Lac-Mégantic. « Nous allons nous assurer du suivi nécessaire à la Chambre des communes... Les gens de Lac-Mégantic ont l'appui de toutes les personnes du Canada! », a-t-il déclaré.

Quant à Ghislain Bolduc, député de Mégantic, le projet aura des retombées dans plusieurs secteurs d'activités. « La région en sortira gagnante, car cela va attirer des industriels qui vont profiter de la proximité de cet institut. Sur le plan touristique aussi, car les gens vont y venir, mais vont revenir par la suite nous visiter avec leur famille, pour le plaisir! »

Ni le financement de l'étude de faisabilité, ni le financement de tout le projet ne pouvait, à ce moment-ci, être dévoilé. Des annonces seraient à venir en septembre.

Au même moment, une formation se donnait pour les premiers intervenants, une formation TRANSCAER©, en background, un exemple de ce que l'institut pourrait effectuer dans le futur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer