«Les gens s'accrochent à vous quand vous agissez», dit l'alpiniste Gabriel Filippi

Gabriel Filippi... (La Tribune, Ronald Martel)

Agrandir

Gabriel Filippi

La Tribune, Ronald Martel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Lac-Mégantic) L'alpiniste mondialement connu, Gabriel Filippi, originaire de Lac-Mégantic, avait un message fort pour tous les Méganticois, en ce mercredi 6 juillet 2016, au Parc des Vétérans, en plein coeur du centre-ville, à un jet de pierre du site du déraillement du train fou, le soir fatidique.

Tout près, s'effectuaient les grands travaux de remplacement des infrastructures, sur la rue Frontenac, en pleine zone rouge encore inaccessible aux communs des mortels.

L'activité se tenait dans le cadre des CreativeMornings, un mouvement pour les capitales du monde qui comptent plus de 500 000 habitants, auquel Lac-Mégantic a eu la permission d'adhérer, il y a quelques mois, sous l'initiative du Centre Magnétique.

« Demandez-vous ce que vous voulez pour le futur, en tant que personnes et en tant que Lac-Mégantic. On ne peut laisser la vie tout faire pour nous. Le premier pas est le plus important, pas le dernier au haut de l'Everest. Une fois que le premier pas est fait, cela rend le deuxième pas plus facile! On sent une nouvelle force après avoir fait le premier pas, l'estime de soi est plus forte, il faut passer à l'action. Oui, on peut penser, rêver, mais le premier pas nous fait avancer plus loin », propose Gabriel Filippi.

« Soyez en mouvement. Les gens s'accrochent à vous quand vous agissez, soyez des leaders, ou des adjoints aux leaders, les sherpas qui vont aider les leaders. Tout le monde avance, à ce moment-là. Soyez créatifs. N'ayez pas peur de foncer... Avec l'environnement que vous avez ici, près du lac, les montagnes, la nature, vous avez la chance d'être créatifs. »

 

Il a raconté comment, deux semaines avant la tragédie de Lac-Mégantic, un autre tragique événement était survenu, où 11 de ses amis alpinistes sont morts, tués par les Talibans. Et comment un de ses amis psychologues, qui se rendait à New York au World Trade Center, un certain 11 septembre 2001, pour évaluer les joueurs de hockey des Rangers de New York, a été appelé à bifurquer vers le Madison Square Garden à la place...

« Cet ami apprécie maintenant chaque heure, chaque minute, chaque seconde. Il ne faut pas attendre qu'un autre événement du genre se produise. Il ne faut pas rester une victime. Cet ami se permet de dire aux autres qu'il les aime. Je me permets, comme lui, de dire aux autres que je les aime, même entre hommes... Je ne peux que vous dire continuez, continuez! Lac-Mégantic va être plus belle! Merci Mégantic, je vous aime! »

La foule nombreuse a semblé apprécier les messages très positifs, applaudissant à tout rompre. Gabriel Filippi n'a pas eu le temps de s'éterniser, il devait être à l'aéroport, à Montréal, à midi 30, pour prendre l'avion pour le Pérou, où il sera en tournage pour une série de capsules qui seront diffusées sur le web à l'automne, et un documentaire à la télé pour novembre, concernant les préparatifs d'une expédition en haute montagne. Il a aussi avoué préparer un livre qui sortira le 18 octobre prochain.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer