Colette Roy Laroche: « Dites-leur que je vais bien»

Colette Roy Laroche... (Archives La Tribune)

Agrandir

Colette Roy Laroche

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(Lac-Mégantic) L'ex-mairesse de Lac-Mégantic Colette Roy Laroche a commencé par refuser la demande d'entrevue que lui adressait le journaliste de La Tribune, dans le cadre de la commémoration du troisième anniversaire de la tragédie du 6 juillet 2013.

«J'ai refusé les demandes de médias nationaux pour des entrevues, ces jours-ci et pour cette année. Je crois que je vais garder ma ligne de pensée. Je voulais laisser passer une année, car ça fait seulement six mois que je me suis retirée... Pour récupérer, me refaire une santé à tous les points de vue...», a-t-elle exprimé dans un premier temps, comme si elle n'était vraiment pas prête. Ce que le journaliste a respecté.

«Chaque fois, ça me replonge dans les mêmes émotions, je vis ça à retardement, comme dans le rebond, parce que maintenant, j'ai le temps. Mais c'est encore trop frais... Quand j'étais dans la tourmente, dans le tourbillon, dans le feu de l'action, j'étais centrée sur l'action. Tout le monde vivait tout ça au fur et à mesure. Je suis maintenant centrée sur mes sentiments. Et les sentiments reviennent... J'ai abandonné toute activité, je veux mettre toutes les chances de mon côté de récupérer. Je m'occupe enfin de moi...»

Mais en même temps, elle semblait ressentir le goût de parler, de donner de ses nouvelles aux lecteurs de La Tribune.

«Dites-leur que je vais bien, que je suis de plus en plus sereine», a été son message de la fin.

L'abbé Steve Lemay et Mgr Luc Cyr... (Archives La Tribune) - image 2.0

Agrandir

L'abbé Steve Lemay et Mgr Luc Cyr

Archives La Tribune

L'abbé Steve Lemay poursuit son ressourcement

«Les énormes pertes que nous avons subies se font encore sentir, au-delà du temps et de l'espace. La plaie est encore vive pour moi comme pour bien d'autres. Je suis toujours aux aguets concernant la sécurité ferroviaire et la voie de contournement pour mes amis de Lac-Mégantic. Pour moi, c'est une nécessité, point à la ligne. J'aimerais nous voir libérés de cette angoisse.»

Coïncidence de la vie, alors qu'on s'apprête à commémorer le troisième anniversaire de la tragédie de Lac-Mégantic, l'ex-curé de Sainte-Agnès Steve Lemay est tout juste de retour de Rome où il poursuit depuis un an des études en théologie morale à l'Académie Alphonsine.

«Bien que ce soit un privilège de vivre ce temps d'études à Rome, de faire l'expérience de l'universalité de l'Église et de la diversité culturelle de l'Europe, de voir des lieux historiques quotidiennement, cela demeure un défi humain de taille pour moi. Les projets pastoraux me manquent, tout comme le travail d'équipe. Je suis un pasteur et ma place est définitivement au coeur d'une communauté!» explique celui qui a accompagné les Méganticois au lendemain de la tragédie du 6 juillet 2013.

«Il va sans dire que l'expérience que j'ai vécue à Lac-Mégantic m'a fait saisir d'une manière unique l'importance des liens affectifs, mais aussi la fragilité de l'existence humaine, poursuit l'abbé Lemay.

«On ne quitte plus les siens avec le même détachement après cela. Sur ce point précis, j'ai beaucoup changé et je n'ai plus l'indépendance qui m'a caractérisé pendant de nombreuses années.»

Malgré tout, l'abbé Lemay devait prendre ses distances.

«Un ressourcement s'imposait, puisque j'avais dû prêcher dans de nombreuses situations difficiles et aussi gérer l'organisation matérielle d'une paroisse en situation de crise. Ce que la tête comprend et accepte, le coeur ne l'accepte pas toujours aussi rapidement!»

«Quand je repense à Lac-Mégantic et aux amis que j'y ai laissés, le premier sentiment qui me vient à l'esprit, c'est sûrement la fierté pour ce que nous avons été et ce que nous avons réalisé tous ensemble. Pour le travail pastoral accompli, avant, pendant et après la tragédie. Pour l'énorme chantier que nous avons réalisé pour la préservation de l'église Sainte-Agnès, devenue un symbole de résilience. Qui sait ce qu'il serait arrivé de cet édifice si la toiture n'avait pas été refaite en acier avant le terrible incendie? Il y aurait tellement à dire», confie-t-il.

«L'important, c'est de ne pas nous autolimiter au statut de victimes, rappelle l'abbé Lemay. Nous sommes des victimes, certes, mais nous ne sommes pas que cela! La capacité d'espérer, de construire et de vivre ne nous a pas été enlevée! Même aux pires heures, la souffrance et la mort ne nous ont pas empêchés d'aimer et de nous engager; l'immobilisme n'est donc pas une option encore aujourd'hui.

«Pour le moment, l'unique tâche confiée par monseigneur Cyr est de compléter mes études à temps pour l'été 2017.»


Questionné sur son avenir, l'abbé Lemay se fait bref. «J'ai complété les examens de ma première année d'étude. Une année très bien remplie, puisque j'ai déjà complété 12 cours sur les 19 inclus dans les deux années de la licence, sans compter les cours de langue. Il fallait s'initier à l'italien, puisque c'est dans cette langue que sont offerts les cours et que doivent être faits la plupart des travaux et des examens», raconte l'ex-pasteur de Lac-Mégantic, qui passera l'été au Québec et répondra à quelques demandes du diocèse.

«Pour le moment, l'unique tâche confiée par monseigneur Cyr est de compléter mes études à temps pour l'été 2017. Il m'a dit dès le départ de ne pas m'inquiéter, qu'il aura du travail pour moi. Je ferai cependant quelques remplacements cet été dans les paroisses du diocèse, afin d'aider les confrères qui doivent prendre des vacances bien méritées.»

Faudra-t-il que l'évêque le réassigne à Lac-Mégantic pour qu'il y revienne? «Je n'ai jamais formulé d'exigence ou de restriction au moment des nominations. Je n'attendrai pas une nomination pour retourner dans ce milieu que je considère comme étant chez moi!»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer