Grande chaleur pour le début officiel de l'été

La dernière fois que le mercure a monté si haut à pareille date, selon... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Stéphanie Beaudoin   </p>
Stéphanie Beaudoin

Journaliste stagiaire

(Sherbrooke) La dernière fois que le mercure a monté si haut à pareille date, selon Environnement Canada, nous étions en 1906, il avait fait 31,7 degrés Celsius. La chaleur était au rendez-vous pour le début officiel de la saison estivale.

Plusieurs Sherbrookois ont décidé malgré tout de profiter du soleil et des 31 degrés Celsius affichés au thermomètre, tout en cherchant des points plus frais.

Les vélos et les coureurs n'ont pas porté attention à la chaleur et se sont surtout attardé au soleil flamboyant de la journée. « Il faut écouter son corps. D'habitude, je vais dans un gym, mais avec une journée pareille, je ne pouvais que sortir à l'extérieur », mentionne Franceska Theriault, un peu à bout de souffle à cause de sa course. La jeune femme explique qu'elle prend plusieurs pauses pendant sa course pour reprendre son souffle et voir si son corps suit la cadence malgré la chaleur.

On pouvait voir des familles pique-niquer, des jeunes enfants jouer dans l'herbe et d'autres personnes simplement profiter du beau temps. « C'est toujours bienvenu, des journées comme ça », lance Céline Tousignant qui a apporté son frère handicapé profiter d'un souper au soleil.

Catherine Baril, pour sa part, profite plus de l'ombre puisqu'elle ne peut pas aller trop longtemps au soleil. Ça ne l'empêche cependant pas de lire un livre sur le bord du lac et de profiter du beau temps.

Le lac des Nations n'était pas calme non plus. Des jeunes, Molly Bilodeau et Ysrael Poirier, se baignaient paisiblement. « L'eau est bonne, ça fait du bien », raconte la jeune fille. « J'aime mieux venir ici qu'aller à la plage, il y a moins de monde », ajoute Ysrael.

 

Précautions sur les chantiers

 Sur les 45 chantiers en cours un peu partout à Sherbrooke, les travailleurs devaient prendre au sérieux les risques engendrés par les coups de chaleur.

L'équipe de Santé et sécurité de la Ville de Sherbrooke a émis en début de semaine un avis de chaleur accablante. « La Ville est très proactive en ce qui concerne les risques sur les chantiers. La santé et la sécurité sont en avant-plan sur nos chantiers, et ça englobe les coups de chaleur », précise Caroline Gravel, directrice du service des infrastructures urbaines et de l'environnement.

Des mesures précises ont été prises pour s'assurer du bien-être des travailleurs. « Toutes les trente minutes, les travailleurs doivent arrêter pour aller à l'ombre et s'hydrater avec les bouteilles d'eau fournie par la Ville », ajoute Mme Gravel.

Elle invite également toutes les personnes présentes sur les chantiers à être aux aguets. « Si un travailleur n'a pas l'air bien, il faut le retirer, même s'il ne sent pas la chaleur l'accabler. »

 Des chaleurs comme celles prévues cette semaine viendront nécessairement ralentir l'avancement des travaux en raison des arrêts plus fréquents des travailleurs, même si le tout se fait en rotation.

Dès mardi, la température devrait chuter et retrouver les normales de saison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer