Quotas: une victoire pour les producteurs acéricoles

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Coaticook) La Fédération des producteurs acéricoles du Québec (FPAQ) a obtenu satisfaction auprès de la Régie des marchés agricoles du Québec qui lui octroyé, mercredi, le plein contrôle du contingentement de production de sirop d'érable pour lui permettre de s'ajuster au marché mondial.

Les producteurs acéricoles du Québec pourront effectuer les 5 millions d'entailles supplémentaires réclamées dès 2017 et ensuite ajuster les quotas de production sans devoir retourner devant la Régie.

Selon le président du syndicat des producteurs acéricoles de l'Estrie, Claude Roy, cela représente une bonne nouvelle à la fois pour les producteurs et les consommateurs. «Avoir une bonne réserve stratégique nous permet de planifier à long terme, ça entraîne une stabilité dans les prix du sirop. Avec la croissance du marché et le nombre d'entailles qu'on avait, on n'aurait pas pu garantir un approvisionnement constant. Heureusement cette année on a eu des rendements exceptionnels, mais quand on a des moins bonnes années comme en 2008-2009, ça nous prend une marge de manoeuvre pour réagir. »

La FPAQ obtient ainsi une réponse positive à une demande formulée dès 2014 en assemblée générale à Magog. Les cinq millions d'entailles supplémentaires autorisées en premier lieu s'effectueront graduellement au cours des deux prochaines années, selon la nature des projets. «On estime qu'environ 70% des entailles se feront la première année. Les petits projets et les agrandissements vont éclore plus vite que les projets en démarrage. Ça ira également plus rapidement pour les projets en terre privée, comparativement à ceux en location ou en terre publique.»

Il se réjouit que les producteurs acéricoles aient enfin le contrôle sur leur contingentement comme c'est le cas pour les producteurs de volailles. «Quand il y a une croissance de la demande sur le marché et qu'on tombe dans les fluctuations de prix soumis à l'offre et la demande, ce n'est jamais bon pour le consommateur en bout de ligne.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer