Vitesse excessive : le ton monte à Eastman

Monique Frigola et Gilbert Dubois réclament de pouvoir... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Monique Frigola et Gilbert Dubois réclament de pouvoir vivre en sécurité dans leur quartier.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Stéphanie Beaudoin   </p>
Stéphanie Beaudoin

Journaliste stagiaire

La Tribune

(Eastman) Le chemin de Mont Bon Plaisir est pris d'assaut par des chauffeurs excédant les limites de vitesse, mais aussi par près d'une centaine de camions qui l'empruntent chaque jour. Un groupe de résidents du secteur ont porté cette problématique devant le conseil municipal d'Eastman, qui promet des changements.

Le 2 mai, un groupe de citoyens a déposé une pétition regroupant 97 signatures de résidents du secteur pour émettre des demandes claires à la municipalité. Il demande l'ajout de trois panneaux d'arrêt sur le Chemin de Mont Bon Plaisir, pour ralentir les voitures, ainsi qu'une prolongation de la zone où la limite de vitesse est de 50 kilomètres à l'heure. Ils veulent également que la municipalité sévisse lorsque le règlement est enfreint.

Le chemin d'asphalte et de gravier comporte deux zones de vitesse. La partie asphaltée est à 50 kilomètres à l'heure, celle de gravier est à 70 kilomètres à l'heure. « Les voitures ne respectent pas les limites, c'est un passage dangereux », ajoute M. Dubois.

La Sureté du Québec confirme que la présence policière a été accentuée dans ce secteur à la suite de plaintes venant des citoyens. Elle a d'ailleurs épinglé un jeune roulant à 105 kilomètres à l'heure dans la zone de 50 kilomètres à l'heure sur le Chemin des Diligences, une rue perpendiculaire au Chemin Mont Bon Plaisir.

En réponse à ces demandes, trois arrêts-stops toutes directions seront ajoutés au Chemin Mont Bon Plaisir, soit au Chemin des Diligences, à Herroniere et au Chemin Lefebvre. La vitesse, elle, est dorénavant réduite à 50 kilomètres à l'heure entre le Chemin des Diligences et le Chemin Lefebvre.

Pas le seul problème

La circulation quotidienne de plusieurs camions pose également problème. Selon le règlement 2011-02, modifiant le règlement 2010-12 relatif à la circulation des camions, des véhicules de transport d'équipement et des véhicules outils, le Chemin de Mont Bon Plaisir est interdit à la circulation de tout camion dépassant 3000 kilogrammes.

« Selon une ordonnance de la cour, Excavation Normand Jeanson peut circuler sur ce chemin, puisque sa carrière se trouve dans la zone quadrilatère rouge », explique le maire d'Eastman, Yves Laramé, en ajoutant que le conseil a demandé des précisions sur ce dossier au ministère des Transports.

Selon le même règlement, il est nécessaire de réglementer la circulation des camions, qui circulent sur des chemins publics, entretenus par les taxes de la municipalité, dans le but « d'assurer la protection du réseau routier, la sécurité des citoyens et la tranquillité des secteurs résidentiels. »

« En plus de passer en grand nombre, les camions ne respectent pas tous les limites de vitesse, ce qui double le danger, sans parler du bruit », conclut Mme Frigola.

Un conseil mouvementé

Malgré que la municipalité ait répondu positivement aux demandes faites par les citoyens, le ton a monté lundi soir lors de la séance du conseil municipal d'Eastman. Monique Frigola et Gilbert Dubois, résidents du Chemin des Castors, une rue connectée au Chemin de Mont Bon Plaisir, n'en peuvent plus de la circulation excessive des camions et de la vitesse des véhicules sur la rue. « C'est comme si nous étions pris en otage. J'ai peur de sortir de chez moi, c'est très dangereux », raconte Mme Frigola.

Les plaignants montrent très fortement leur désaccord par rapport à certains choix faits par l'équipe des travaux publics. Un des arrêts-stops demandés prioritairement a été placé au mauvais endroit. « On ne voit rien à gauche lorsqu'on veut sortir du Chemin des Castors. C'est là qu'il y aurait dû y avoir un arrêt », clame Monique Frigola. Le groupe de citoyens trouve que le maire Laramé « n'a pas su remplir sa mission », tout en leur « manquant de respect ». De son côté, Yves Laramé s'est engagé à discuter avec l'équipe des travaux publics de la possibilité d'ajouter un arrêt sur le Chemin des Castors.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer