Élection partielle à Racine le 2 octobre

François Boissonneault... (Archives La Tribune, Frédéric Côté)

Agrandir

François Boissonneault

Archives La Tribune, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Racine) Les citoyens et citoyennes de Racine seront conviés aux urnes le 2 octobre pour l'élection partielle visant à remplacer le maire démissionnaire François Boissonneault ainsi que les deux anciens conseillers municipaux Claude Baillargeon et Robert Chabot.

Les trois hommes avaient tous quitté leur poste lors de la séance ordinaire du 2 mai dernier.

« Puisque nous sommes à plus de douze mois du jour fixé pour le prochain scrutin de l'ensemble des municipalités au Québec, nous devons tenir des élections partielles dans les quatre prochains mois », a déclaré la directrice générale et secrétaire-trésorière de Racine, Mélisa Camiré, avant de dévoiler la date du scrutin lors de l'assemblée publique de lundi.

L'ouverture des candidatures pour les postes de maire et de conseillers aura lieu du 23 août au 2 septembre. Le vote par anticipation, ouvert à l'ensemble de la population, se déroulera le 25 septembre. Cette élection partielle entraînera des coûts estimés à 10 000 $.

Mélisa Camiré a ajouté que si l'un des conseillers actuels souhaitait briguer la mairie, il devrait démissionner avant que les élections soient lancées, soit lors de l'assemblée du 8 août. Ainsi, dans l'éventualité où il serait élu commemaire, son poste de conseiller pourrait aussitôt être pourvu, évitant de recommencer le processus d'élection.

Toutefois, si l'un des élus quittait son poste pour postuler à celui de maire, cette démission entraînerait une perte du quorum, c'est-à-dire qu'il n'y aurait plus suffisamment de conseillers en place pour que le conseil municipal ait le droit de prendre quelque décision.

Dans ce cas, des membres de la Commission municipale du Québec seraient délégués pour administrer provisoirement la municipalité de Racine, et ce, jusqu'à ce que les nouveaux élus soient choisis.

Cette procédure a soulevé quelques inquiétudes chez les citoyens, mais la directrice générale les a rapidement rassurés, leur garantissant que les décisions de la Commission seraient prises en fonction du budget déjà établi par les élus.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer