Le marché de Melbourne veut élargir sa clientèle

Pour sa 13e saison, le Marché Champêtre de... (La Tribune, Vincent Lambert)

Agrandir

Pour sa 13e saison, le Marché Champêtre de Melbourne a reçu plusieurs visiteurs, particulièrement en avant-midi.

La Tribune, Vincent Lambert

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Vincent Lambert
La Tribune

(Sherbrooke) « On veut faire en sorte que ce soit un endroit agréable à vivre, une sorte d'événement tous les samedis. »

Plusieurs producteurs se sont déplacés pour présenter leurs produits dans le cadre de la 13e saison du Marché Champêtre de Melbourne.

Le Marché champêtre de Melbourne possède depuis un bon moment un volet culturel afin de rendre la visite des gens agréable, explique Myriam Beaulieu, administratrice du Marché. « On a eu régulièrement des musiciens. Mais cette année, on aura en plus des amuseurs publics certaines semaines. »

Le Canton de Melbourne cherchait un levier de développement économique dans la région afin de répondre à des besoins des gens du milieu, explique Mme Beaulieu. Le Marché a ainsi répondu à la demande puisque auparavant, il n'y avait pas ce type d'infrastructure dans la municipalité. La majorité des producteurs par le passé provenaient du Canton de Melbourne, mais cette année, « il y en a deux ou trois qui proviennent de cet endroit et le reste des producteurs proviennent des municipalités autour », soutient l'administratrice. Il est donc possible de remarquer que le réseau de producteurs locaux est dorénavant beaucoup plus large.

Cette année, le Marché champêtre souligne le retour du café du marché, certifié bio équitable. « Ce produit était demandé par les consommateurs », mentionne Mme Beaulieu. À cela s'ajoutent des produits exotiques, des vins d'Ulverton, des producteurs de charcuterie, une pâtisserie plus variée et des barbecues où des producteurs mettront de l'avant leurs produits.

Un désir d'accroître l'achalandage

Certains marchands affirment qu'ils décident de vendre leurs produits à Melbourne parce qu'il s'agit d'un lieu de rencontre, d'une possibilité de voir les clients et de se faire connaître et d'avoir une belle visibilité. Pour les visiteurs, c'est la curiosité et la volonté d'encourager l'achat local qui les amène à ce marché. Comme le mentionne Christian Bégin, fils d'une productrice, « il y a une bonne qualité de produits, les producteurs ont à coeur leur métier et ils sont généreux ».

Même si le Marché champêtre de Melbourne en est à sa 13e saison, il maintient le désir d'augmenter la présence des visiteurs. « On espère accroître l'achalandage du Marché. Après treize ans, c'est étonnant de constater que, même pour la population locale, ce n'est pas tout le monde qui vient », dit Mme Beaulieu. « On désire donc aller chercher aussi une clientèle plus éloignée comme celle de Sherbrooke ou Drummondville. »

Marché Locavore : une culture pour développer l'achat local

Environ 800 personnes étaient de passage à Racine pour encourager près de 40 producteurs locaux sur place et pour découvrir des produits de la région samedi lors de l'ouverture de la huitième saison du Marché Locavore.

L'année dernière, les ventes s'approchaient des 500 000 $. La popularité du marché peut s'expliquer par le bouche-à-oreille, qui est le meilleur marketing », soutient Gaston Michaud, président de la Coopérative de développement de Racine et du Marché Locavore. 

Certains visiteurs affirment qu'ils apprécient le marché en raison de la qualité et de la quantité des produits. D'autres trouvent que l'endroit possède une belle ambiance, un contact humain et que cette expérience manque à la culture des grandes villes. Quant aux marchands locaux, ils ont décidé d'exposer leurs produits pour la beauté du marché, le développement de l'industrie agroalimentaire, le désir de s'ancrer en région, etc. 

Le Marché Locavore est « sensible à la qualité artisanale, à la qualité des produits et à la proximité », souligne M. Michaud. En ce qui concerne l'équipement du marché, il ajoute qu'il y a peu de marchés au Québec qui en ont un aussi adéquat. Les légers ajustements lui ont ainsi permis d'améliorer son orientation et de demeurer en « constante croissance ». 

« On espère continuer de progresser de façon sage parce qu'on sait qu'on est une petite place », déclare le président. Le Marché Locavore permet une « convivialité » et « un lieu de rencontre ». « On pense que c'est important et mobilisant. »

Nouveautés cette saison

Pour le lancement de la nouvelle saison, le marché a opté pour une ouverture sur le vin rosé. « C'est une activité d'ouverture attirante », mentionne M. Michaud. La semaine prochaine sera la semaine des membres où il sera question du « membership » et de ses avantages.

De nouveaux fruits sont présentés aux clients comme le sureau. À cela s'ajoute la présence d'une pâtisserie. « On sent une vague de consommation locale et de produits naturels, mais on voudrait qu'elle dure. On veut l'alimenter pour que ça devienne une culture. »

Actuellement, les produits du Marché proviennent d'un rayon d'environ 30 km de Racine. Cependant, il se pourrait que d'autres produits de régions plus éloignées du Québec s'amènent à Racine. Pour M. Michaud, il est important « de créer une culture qui favorise l'achat local, l'occupation de notre territoire et de nos producteurs. On veut aussi que les gens viennent nous voir parce qu'on a des valeurs à leur transmettre. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer