L'hôtel Grand Union regagnera son lustre d'antan

L'hôtel Grand Union, de la rue De Bigarré,... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

L'hôtel Grand Union, de la rue De Bigarré, est l'un des chefs-d'oeuvres architecturaux de Victoriaville.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Victoriaville) Les hommes d'affaires Guy Aubert et Max Sévigny ont acquis l'hôtel Grand Union de la rue De Bigarré, l'un des chefs-d'oeuvres architecturaux de la Ville de Victoriaville.

La transaction, qui permettra l'achat de la propriété du couple Laurent Marcotte et Josée Connely, ne prendra effet que le 1er septembre. Dès cet été, les Victoriavillois sentiront les choses bouger autour du bâtiment ancestral. Il y avait longtemps que MM. Aubert et Sévégny s'intéressaient à l'immeuble. Comme une grande partie de la population, ils souhaitaient ardemment que celui-ci soit préservé.

Ainsi, lorsqu'ils ont eu vent que la propriété pouvait se retrouver sur le marché, ils n'ont pas mis de temps à réagir. Ils ont immédiatement pris contact avec les propriétaires et entrepris les démarches.

« Le projet consiste à préserver l'immeuble et à lui redonner son apparence originale, soit celle qu'elle avait au moment de sa construction, en 1889, lorsqu'elle a été pensée par Thomas Jean Samson et Alfred Janelle, explique l'ancien grand manitou de Thiro. Ainsi, dans un premier temps, les travaux permettront de retrouver cette configuration originale ».

On procédera, par ailleurs, au nettoyage du revêtement extérieur, qui redonnera cette fois à l'immeuble son apparence d'antan. « Puis, nous nous attaquerons aux deuxième et troisième étages, ce dernier étant condamné, pour y construire des bureaux et des logements ou les deux. Le projet, ici, reste à préciser », ajoute-t-il.

Quant au rez-de-chaussée, il conservera sa vocation d'espace de restauration et de bar. À cet endroit, on parlera davantage de travaux de restauration, car tout sera fait pour protéger et mettre en valeur les exceptionnelles boiseries.

Enfin, le sous-sol, où on retrouve encore aujourd'hui les vestiges de l'ancien coffre-fort de l'Union Nationale de l'époque de Maurice Duplessis, sera nettoyé et divisé en locaux pour location. « Si tout se passe comme prévu, nous devrions être en mesure d'inaugurer les lieux à l'automne 2017 ou au début de l'hiver 2018 », estime M. Sévigny.

Le montant de la transaction n'a pas été dévoilé.

Rappelons que le Grand Union est l'un des plus vieux édifices toujours debout à Victoriaville. Il avait été construit tout juste à côté de la gare afin d'accueillir les voyageurs et commerçants. Il a conservé sa vocation hôtelière jusqu'en 1981, date à laquelle il est devenu un bar, la voie ferrée étant condamnée à disparaître graduellement. Laurent Marcotte et sa conjointe en avaient fait l'acquisition en 2001, devenant les septièmes propriétaires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer