Les stations de ski ont subi une baisse d'achalandage de 30 %

Les stations de ski de la région des... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Les stations de ski de la région des Cantons-de-l'Est ont subi une baisse d'achalandage l'hiver dernier.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Les stations de ski de la région des Cantons-de-l'Est ont subi une baisse d'achalandage l'hiver dernier. Cela n'est pas une nouvelle pour personne, mais on ignorait jusque-là l'ampleur de la diminution. Or, une étude indique que l'affluence a décru de 30 pour cent, en comparaison avec la saison précédente.

Menée par le professeur en tourisme Michel Archambault, l'étude en question a fait l'objet d'une présentation lors du congrès 2016 des stations de ski de l'Est du Canada, qui s'est tenu à Bromont durant les derniers jours. Les résultats présentés étaient préliminaires, mais tout de même révélateurs.

Avec l'Outaouais, les Cantons-de-l'Est ont été la région la plus touchée au Québec. Les températures élevées enregistrées tout au cours de l'hiver, dans ces deux régions, ont amené de nombreux skieurs et les planchistes à bouder les pistes pendant une bonne partie de l'hiver.

La chute de 30 pour cent subie dans les Cantons-de-l'Est n'est pas à prendre à la légère. En effet, selon le président-directeur général de l'Association des stations de ski du Québec (ASSQ), Yves Juneau, il s'agit du «pire bilan depuis que les données de l'industrie sont compilées, soit 28 ans».

Aussi situées plus au sud, les stations du Vermont et de l'Ontario ont encaissé des reculs similaires, ce qui tend à démontrer que les acteurs locaux de l'industrie ne sont pas à blâmer.

Au total, 5 125 000 visites ont été comptabilisées dans les centres de ski de la province durant la saison 2015-2016. La diminution est donc de 12,5 pour cent lorsqu'on compare ce résultat à celui obtenu l'année précédente pour tout le Québec.

La baisse de fréquentation observée à travers le Québec serait principalement attribuable au lent début de saison généralisé ainsi qu'à sa fin prématurée dans certaines régions comme les Cantons-de-l'Est.

«Les facteurs météo ont grandement influencé les résultats de la dernière saison, affirme Michel Archambault, qui oeuvre à l'École des sciences de la gestion de l'Université du Québec à Montréal. Cela dit, malgré la baisse globale de l'achalandage, des régions telles celles de Québec et de Charlevoix ont conclu l'hiver 2015-2016 avec une hausse.»

Yves Juneau souligne pour sa part que la chute enregistrée a entraîné à la baisse «les réservations dans les lieux d'hébergement près des montagnes et les ventes d'équipement».

Si le bilan final est peu reluisant, l'ASSQ ne s'attend pas à ce qu'il occasionne une série de fermetures. «En Estrie notamment, plusieurs stations ont ajusté leurs dépenses pour faire face à la situation l'hiver dernier», révèle M. Juneau.

Une adaptation nécessaire aux changements climatiques

Les stations de ski des Cantons-de-l'Est devront s'adapter si elles souhaitent survivre aux changements climatiques, qui affecteront davantage le sud du Québec que la portion nord du territoire québécois.

«Selon les chiffres qu'on nous a présentés à notre congrès, la température moyenne au Québec risque d'augmenter de quatre degrés au cours des prochaines décennies. Les stations des régions plus au sud comme les Cantons-de-l'Est, l'Outaouais et même les Laurentides seront plus touchées que les autres», explique Yves Juneau, président-directeur général de l'Association des stations de ski du Québec (ASSQ).

M. Juneau demeure toutefois optimiste. «Encore aujourd'hui, il y a du ski en Virginie et en Caroline du Sud, lance-t-il. L'enjeu par contre pour les secteurs plus au sud, ce seront les investissements dans les équipements de fabrication de neige, dont la technologie est en constante évolution.»

À ce sujet, le président-directeur général de l'ASSQ affirme que Québec pourra normalement supporter les stations de ski qui souhaiteront investir dans l'enneigement artificiel. «Une enveloppe de 60 millions $ a été créée pour financer quelques créneaux touristiques, parmi lesquels le tourisme hivernal.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer