Opération générosité pour Catherine Beaudoin et sa famille

C'est avec beaucoup d'enthousiasme que Catherine Beaudoin et... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

C'est avec beaucoup d'enthousiasme que Catherine Beaudoin et sa famille ont accueilli Chantal Lacroix.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Princeville) Escortée par une poignée d'entrepreneurs, de menuisiers et de décorateurs, l'équipe de tournage de l'émission On efface et on recommence a fait son entrée dans la petite maison de Catherine Beaudoin et sa famille, jeudi matin. Cette fois, l'objectif visé n'est pas de rajeunir ou de réparer, mais bien d'adapter la demeure, somme toute récente, à la nouvelle condition physique de la maman.

« Il faudra expliquer ça aux téléspectateurs, on entre dans une maison qui n'a que deux ans. Ce qu'il faut savoir, c'est que lorsqu'ils ont acheté la maison, Catherine n'était pas dans cette situation. Sa réalité a changé et la maison doit être adaptée », explique l'animatrice de l'émission diffusée à Canal Vie, Chantal Lacroix.

Cette dernière se souvient avec une grande précision de l'audition de 2015, au cours de laquelle le conjoint de Catherine, Keith, a fondu en larmes en décrivant le mal qui affligeait sa famille.

Le 10 mai 2015, jour de la fête des Mères, la jeune maman de trois enfants, en pleine forme, s'était retrouvée paralysée en pleine nuit. Incapable de bouger ses jambes, elle s'était rendue à l'hôpital, où on lui a retiré une masse qui obstruait sa colonne vertébrale. Cette masse s'est avérée être cancéreuse. Un cancer de stade trois nécessitant un traitement agressif. Trois semaines plus tard, les chirurgiens ont dû intervenir à nouveau, la masse ayant doublé rapidement de taille, provoquant une nouvelle paralysie. Cette fois, on a dû enlever deux vertèbres et deux côtes afin d'éradiquer le mal.

Initialement, l'équipe de l'émission On efface et on recommence on avait décidé de ne pas retenir le dossier, mais les planètes se sont finalement alignées pour la quatrième saison.

« Même s'il y a des familles qu'on ne prend pas, leur situation continue de nous émouvoir et ça nous reste en tête. Nous nous sommes informés de la progression de l'état de santé de Catherine et nous avons décidé qu'il fallait faire quelque chose pour l'aider », continue-t-elle.

L'équipe d'On efface et on recommence a ainsi communiqué avec des fournisseurs du domaine de la construction de la région et a obtenu une oreille attentive. L'objectif premier était de refaire la salle de bain et d'aménager un ascenseur afin de permettre à la maman d'aller border ses petits le soir venu. Il semblerait qu'on soit en négociation afin que d'autres travaux soient effectués, mais on se garde bien d'en dévoiler la nature.

Constructions André Jacques fait partie des entreprises qui mettront la main à la pâte bénévolement. Le propriétaire, Gilles Larose, a immédiatement été ému par le triste sort de la jeune mère de famille. Il a communiqué avec certains partenaires et tous ont convenu d'offrir matériaux et main-d'oeuvre afin d'adapter la maison. On évalue à environ 75 000 $ la valeur en biens et services.

« Jamais je n'aurais pensé que l'on puisse faire un show comme celui-là au Québec. Grâce à la générosité des gens, on ne refait pas seulement une ou deux pièces, on refait souvent une maison en entier, se réjouit Mme Lacroix. Il est important de donner à ces partenaires la visibilité qu'ils méritent et j'invite les gens de la région à privilégier ces gens qui ont le coeur sur la main ».

Deux mois de tournage

Catherine, Keith et les enfants ont plié bagage afin d'aller vivre chez les grands-parents pendant quelque temps. L'équipe d'On efface et on recommence estime à deux mois le temps nécessaire pour réaliser les travaux.

« Nous sommes en période estivale et il faut être conscient que les entrepreneurs nous offrent leur temps gratuitement. Normalement, on termine avant l'échéance de deux mois », prévoit l'animatrice.

Il n'y a pas que la vie de la petite famille qui sera chamboulée au cours de cette période. L'équipe de tournage est également sur le qui-vive et doit se tenir à l'affût de la progression des travaux. On évalue environ à 20 le nombre de jours de tournage nécessaires à la production d'un épisode.

« J'ai failli ne pas le refaire. C'est incroyable le travail que ça prend. J'étais tellement fatiguée après l'enregistrement de la dernière saison. On doit faire beaucoup d'heures et ce n'est pas très rentable. Je dois faire d'autres productions pour être capable d'arriver», statue-t-elle.

La rénovation de la demeure princevilloise de la famille de Catherine Beaudoin fera l'objet de deux épisodes diffusés en janvier sur les ondes de Canal Vie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer