Importante baisse d'achalandage au FIMAV

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Victoriaville) Malgré une programmation relevée qui mettait notamment en vedette le renommé John Zorn, le Festival international de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV) a enregistré une importante baisse d'achalandage par rapport à 2015.Quelque 3600 personnes ont assisté aux 18 concerts proposés par Michel Levasseur et son équipe, soit environ 10 % de moins que pour le 31e rendez-vous, en 2015.

On attribue cette situation en partie au fait que la programmation présentait plusieurs artistes canadiens et québécois, ce qui diminuait la portée exclusive des concerts. Les Montréalais ont effectivement de plus en plus d'occasions de voir ces musiciens à l'oeuvre.

«Malgré cela, le public et la presse sont unanimes sur la qualité du contenu artistique proposé et ont encensé les performances de ces musiciens, proclamant que leur créativité et leur talent étaient un gage de santé musicale», analyse Levasseur.

Les installations sonores ont également été moins prisées. On note une première diminution d'achalandage en sept ans d'existence. Et toute une à part ça : de 12000 qu'il était l'an dernier, le nombre de visiteurs extérieurs est passé à 9000. Ceci s'expliquerait, entre autres, par le fait que les Victoriavillois ont déserté le centre-ville en raison des travaux enclenchés le 16 mai sur la rue Notre-Dame Est.

«Cette hypothèse se confirme auprès de nos partenaires restaurateurs, qui ont davantage remarqué la présence des festivaliers touristes, ces derniers se mêlant moins à la clientèle régulière. L'importance du FIMAV, pour l'économie locale et pour le tourisme, fut donc redécouverte pour plusieurs», explique le directeur général du FIMAV.

Malgré l'achalandage à la baisse, Michel Levasseur a annoncé que le FIMAV avait fait ses frais pour une première fois en trois ans, bouclant son budget de 730000 $.

Cette rentabilité a été rendue possible par d'importantes coupes réalisées en cours d'année.

«On a décidé de se serrer la ceinture en prévision de certaines aides financières qu'on ne prévoyait pas recevoir. On espérait que ça nous mènerait vers des surplus, mais au moins on arrive», affirme-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer