Bolduc veut des réponses du CIUSSS de l'Estrie-CHUS

Ghislain Bolduc est le député de Lac-Mégantic.... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Ghislain Bolduc est le député de Lac-Mégantic.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(Lac-Mégantic) Réagissant à la manifestation des employés du Centre de santé et services sociaux (CSSS) du Granit, mardi après-midi, contre le transfert éventuel de leurs emplois à Sherbrooke, le député de Mégantic Ghislain Bolduc demande à la direction du CIUSSS de l'Estrie-CHUS de fournir des réponses aux interrogations et incertitudes des travailleurs de la santé de Lac-Mégantic sur leur avenir.

M. Bolduc a d'ailleurs souscrit, mardi, à l'appui des nombreux partenaires de la communauté méganticoise à ces employés du CSSS du Granit.

« La réforme de la santé du docteur Barrette, qui avouait générer des économies par l'élimination de 1300 postes du secteur de la santé, ne spécifiait pas de vider les régions de leurs emplois pour les emmener en ville. Il faut se demander le pourquoi des transferts d'emplois annoncés, le comment et à quoi ça sert ? Le débat des régions, nous en avons parlé souvent à Québec. On veut promouvoir l'économie. On est d'accord sur le principe, qui est l'enjeu de fond. Mais on ne s'entend pas sur la vitesse, le quand et le quoi. On travaille en région pour créer des emplois chez nous, nous mettons des infrastructures, des efforts pour amener des immigrants à Lac-Mégantic, attirer de nouvelles industries, mais quoi ? On va vider la région des emplois dans le domaine de la santé ? », questionne le politicien.

« Est-ce une nouvelle stratégie de gestion du CIUSSS de l'Estrie ? Est-ce pour écoeurer ces employés, en leur offrant les emplois les moins bons, à la fin, pour qu'ils quittent ? Le CIUSSS nous doit des réponses, qu'ils expliquent les gains qu'il y a à faire ces transferts à Sherbrooke, ce qui semble inexplicable. C'est normal de poser les bonnes questions. »

Le député concède que les régions sont souvent diminuées et affaiblies par la centralisation des services, quels que soient les secteurs d'activités.

« Les intervenants se posent beaucoup de questions sur l'avancement possible dans leur carrière. Malheureusement, même si ce n'est pas l'intention de base, les effets collatéraux sont souvent inattendus. Nous avions demandé des notes au CIUSSS. Est-ce qu'il y a de l'économie réelle d'argent à agir comme ils le font ? Que l'argent de la paye soit déposée à Lac-Mégantic ou à Sherbrooke, il n'y a pas de différence en termes de coûts. Y a-t-il d'autres considérations à savoir ? Qu'ils nous les disent s'il y a un avantage de productivité, ou une économie dans les moyens technologiques, par exemple la disparition des cartes d'hôpital entre les centres hospitaliers, pour avoir accès aux dossiers des patients ? Tous des dossiers homogènes sur les infrastructures informatiques ? », suggère M. Bolduc.

« Qu'ils nous disent pourquoi ce n'est pas nécessaire pour le grand nombre d'employés de La Pommeraie, à Granby, alors que le petit nombre de Lac-Mégantic va générer des économies davantage? Et puis, est-ce un début ou une fin ? Le début d'une grande saignée ? Qui d'autre va suivre ? »

« Actuellement, il n'y a pas de justification logique à ce qui se passe. Est-ce que ces transferts apportent une synergie, est-ce que le jeu en vaut vraiment la peine ? La mission des CIUSSS, c'est de servir la population, pas une mission d'économie. Ce n'est pas en décapitant la direction des services qu'on magnifie les services et leur qualité, au contraire. Nous devons protéger notre région et son économie, et les développer. S'il n'y a pas de justification à ces transferts, il faut arrêter de faire des changements inutiles. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer