Presbytère et église St-Patrice : Magog prête à des concessions

La Ville de Magog est prête à reconnaître... (Archives La Tribune)

Agrandir

La Ville de Magog est prête à reconnaître le caractère patrimonial du site comprenant l'église et le presbytère Saint-Patrice, ce qui plaît au collectif Sauvons l'îlot Tourigny.

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Le collectif Sauvons l'îlot Tourigny a accueilli avec une certaine satisfaction deux mesures proposées par la Ville de Magog pour s'assurer que le presbytère et l'église Saint-Patrice soient mieux protégés.

Lors d'une consultation publique tenue mardi soir à l'hôtel de ville de Magog, la mairesse Vicki May Hamm a indiqué que son administration est prête à faire en sorte que le site comprenant l'église et le presbytère Saint-Patrice soit reconnu comme étant patrimonial.

«En tant que municipalité, on est en mesure de citer ce lieu, a déclaré Mme Hamm mardi. Le projet actuellement sur la table ne serait pas incompatible avec ça.»

La Ville est également disposée à utiliser l'outil urbanistique du contingentement pour éviter que l'église Saint-Patrice soit éventuellement menacée. La zone Eh21P, qui contient le presbytère et l'église, ne pourrait donc accueillir qu'une seule auberge de jeunesse ou maison de chambres et pensions.

Rappelons qu'un organisme à but non lucratif nouvellement constitué souhaite donner une nouvelle vocation au presbytère. L'endroit accueillerait à court terme des pensionnaires de l'École Montessori Magog, des stagiaires provenant du secteur des technologies de l'information et des communications ainsi que des touristes.

Pour que le projet promu par Gilles Bélanger et Michel Lamontagne voit le jour, la municipalité a l'intention de modifier son règlement sur les usages conditionnels.

Bien accueillies

Les deux mesures suggérées par la Ville ont reçu un assez bel accueil de la part des membres de Sauvons l'îlot Tourigny, qui milite depuis l'automne en faveur de la protection du patrimoine bâti de la municipalité.

«Je suis agréablement surpris par l'annonce que vous venez de faire», a déclaré mardi François Théroux, un membre de Sauvons l'îlot Tourigny qui réside à proximité de l'église Saint-Patrice.

M. Théroux a toutefois affirmé qu'il préférerait que ce soit le gouvernement du Québec qui reconnaisse le caractère patrimonial du lieu. «Ça obligerait les générations futures à prendre du recul avant de prendre des décisions», a-t-il fait valoir.

Ayant été à l'emploi de la Ville pendant quelques années, Anne Brigitte Renaud a pour sa part invité la municipalité à procéder à la reconnaissance de la valeur patrimoniale de la rue Merry, en bordure de laquelle on retrouve le presbytère et l'église. «Ça n'entraînerait aucune dépense pour les contribuables et la Ville», a-t-elle noté.

Quant au conseil de fabrique de la paroisse Saint-Patrice, il demeure favorable au projet soumis par le duo Bélanger-Lamontagne, dont la concrétisation lui éviterait d'avoir à vendre le presbytère. Il s'efforcera d'ailleurs d'empêcher l'éventuelle tenue d'un registre en transmettant de l'information aux citoyens vivant autour du lieu de culte.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer