Barrette tente de calmer les inquiétudes à East Angus

Gaétan Barrette... (Archives La Presse)

Agrandir

Gaétan Barrette

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Matthew Vachon
La Tribune

(East Angus) Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, souhaite calmer les inquiétudes de la population devant la fermeture de la clinique médicale d'East Angus prévue pour le 23 juin. Selon lui, deux nouveaux médecins viendront s'ajouter au Groupe de médecine familiale (GMF) déjà en place à Cookshire.

«Il y aura deux nouveaux médecins qui vont s'installer à Cookshire. De cette manière, ce groupe de médecins du Haut-Saint-François va prendre en charge la population d'East Angus», déclare-t-il.

Joint par La Tribune, le ministre de la Santé et des Services sociaux a fait ces commentaires à la suite de l'annonce de la fermeture de la clinique médicale.

Rappelons que lorsque les Drs Robert Branch et François Desroches ont annoncé leur retraite, la municipalité d'East Angus se devait de trouver de nouveaux médecins afin d'éviter la fermeture de leur clinique. En vain.

C'est donc 20000 dossiers qui se retrouveront sans médecin.

Questionné sur le processus long et ardu entrepris par les dirigeants de la municipalité afin de combler les départs des Drs Branch et Desroches, M. Barrette a déclaré que cela suivait son cours normal.

«Les effectifs médicaux, c'est un peu comme les déménagements au mois de juillet puisque c'est à ce moment que les médecins changent d'endroit ou qu'ils sortent des facultés de médecine. Donc, de mon côté, je m'étais engagé à ce que des médecins viennent travailler dans cette région et c'est ce que nous avons réussi puisque deux nouveaux médecins iront s'installer à Cookshire», note M. Barrette.

Concernant l'exode des omnipraticiens vers les grands centres, le ministre indique prendre les mesures nécessaires afin d'en placer le nombre adéquat pour les régions.

«Il faut s'assurer d'avoir les leviers pour diriger les médecins là où sont les besoins. C'est la raison pour laquelle cette année, pour la première fois de l'histoire du Québec, nous avons un levier législatif qui nous permet de diriger les finissants et ceux qui changent de région là où sont les besoins pour la région, mais aussi à l'intérieur de la région.»

L'opposition réagit

De leur côté, le représentant de la santé de la CAQ, le député de Lévis François Paradis, et la porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé et d'accessibilité aux soins, Diane Lamarre, ont critiqué l'inaction du gouvernement.

«C'est une situation très préoccupante pour les gens en raison du stress que cela peut engendrer. [...] De plus, ce n'est pas le seul endroit qui a connu cela. Ça prouve que nous sommes toujours dans le règne du flou complexe malgré ce que le ministre dit concernant le fait qu'ils vont placer les effectifs là où il y a des besoins en région. Il reste que nous sommes à l'aube d'une fermeture et nous ne savons pas où 20000 patients iront désormais pour une consultation avec un médecin», note le député caquiste.

«La situation à East Angus était connue depuis des mois, il est inacceptable qu'elle ne soit pas encore réglée. [...] La fin de juin arrive rapidement, le ministre doit comprendre les réalités régionales et tout mettre en oeuvre pour que les patients ne se retrouvent pas dans un trou noir» a fait valoir la députée de Taillon.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer