20 000 patients largués le 23 juin à East Angus

Malgré une active recherche de nouveaux médecins, East Angus devra fermer les... (Archives, Le Droit)

Agrandir

Archives, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Matthew Vachon
La Tribune

(East Angus) Malgré une active recherche de nouveaux médecins, East Angus devra fermer les portes de sa clinique médicale le 23 juin, abandonnant du même coup 20 000 patients à leur sort.

Depuis la retraite des Drs Robert Branch et François Desroches, les efforts de la Municipalité pour trouver de nouveaux médecins se sont soldés par un échec, un coup difficile à encaisser pour le maire Robert Roy. « S'il y a une raison qui explique cette absence de médecins ici, il faut me le dire. Beaucoup vont pratiquer dans les hôpitaux pour une raison que j'ignore. Pourtant, nous sommes à proximité de Sherbrooke. Nous avions même six médecins qui pratiquaient à East-Angus, mais qui vivaient à Sherbrooke. Je ne comprends réellement pas pourquoi nous avons autant de difficulté à en trouver », commente-t-il.

Si la fermeture de la clinique semble inévitable, une lueur d'espoir semble se pointer à l'horizon. Pour pallier au manque, les dirigeants d'East-Angus travaillent d'arrache-pied pour amener un groupe de médecine familiale (GMF) sur le territoire de la municipalité.

« Espoir est un mot faible pour qualifier cette situation. Présentement, nous sommes dans la fonction publique de la santé, ce qui est extrêmement long et ardu. Même si le ministre change, il n'a aucun pouvoir sur les fonctionnaires. Il a beau dire ce qu'il veut, et j'ai un très grand respect pour lui, mais j'aimerais que ça bouge plus vite. On dirait que ça ne peut pas bouger vite. Pourquoi? Je l'ignore. Depuis la fin du temps des Fêtes, je suis sur ce dossier, mais je me sens encore au même point aujourd'hui », déplore-t-il.

Cette impatience s'explique par les répercussions qui risquent d'être importantes pour sa région. Présentement, 20 000 dossiers sont à la clinique. Ces patients devront se tourner vers les grands centres afin d'avoir une consultation avec un médecin si le problème ne se règle pas rapidement. Et le temps commence à presser puisque la fermeture approche à grands pas.

M. Roy encourage également les médecins à venir s'établir à East-Angus. « La clinique qu'il y a présentement est prête à recevoir six médecins. Chacun possède son bureau et il y en a même un pour la clinique d'urgence. La salle d'attente est également très belle. Ils auraient tout ce qu'il faut pour exploiter cette clinique. Le gouvernement n'aurait même pas à investir pour l'améliorer. Nous avons donc une place à offrir sans aucuns frais pour les médecins. Les nouveaux diplômés qui se cherchent un endroit sont invités à venir me voir », assure-t-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer