Voie de contournement : le NPD rencontre les Méganticois

Les députés du NPD Pierre-Luc Dusseault, de la... (La Tribune, Ronald Martel)

Agrandir

Les députés du NPD Pierre-Luc Dusseault, de la circonscription de Sherbrooke, et Matthew Dubé, de Beloeil-Chambly, porte-parole infrastructures et collectivités, étaient de passage à Lac-Mégantic hier pour prendre le pouls de la situation quant à la voie de contournement ferroviaire du centre-ville. Ils ont rencontré, à gauche, Gilles Fluet et Robert Bellefleur, porte-parole de la Coalition des individus et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire, entre autres.

La Tribune, Ronald Martel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(LAC-MÉGANTIC) « Notre crainte, c'est que pendant les délais de cette étude, le gouvernement se prépare à trouver une raison pour refuser l'investissement de la solution. La consultation, c'est un masque souvent, cela nous inquiète : le gouvernement est souvent porté à adopter l'argument que c'est trop coûteux. Il faut prendre en compte les coûts sur la santé de la population, ce qui est rarement fait. »

Le député de Sherbrooke, Pierre-Luc Dusseault, était de passage, mardi, à Lac-Mégantic en compagnie de son collègue du NPD Matthew Dubé, député de Beloeil-Chambly et ils ont pris le pouls de la population. Ils ont rencontré dans un premier temps, la Coalition des individus et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire à Lac-Mégantic, représentée par Robert Bellefleur, porte-parole, Gilles Fluet, membre de la Coalition, et Nicole Jetté, de Convoi-Citoyen.

Le député Dubé vit certaines difficultés avec les voies de chemin de fer du Canadien National dans sa circonscription. Pour sa part, les déboires du député Dusseault à Sherbrooke avec la CMQR sont bien connus.

Robert Bellefleur a d'abord relevé l'importance que soit réparée la voie ferrée désuète et dangereuse, qui passe actuellement au centre-ville de Lac-Mégantic, en attendant la voie de contournement, qui risque de ne voir le jour qu'en 2022, selon les dernières estimations de l'étude de faisabilité, dont la première phase a été publiée récemment.

Langue de bois

« Lors de la venue du ministre Garneau, en avril, nous pensions que nous aurions de bonnes nouvelles. Il nous a simplement répété que la voie était sécuritaire et que c'est la compagnie CMQR qui décide elle-même le niveau de sécurité, 1 ou 2, qu'elle applique, selon le principe de l'autoréglementation. C'est avec une langue de bois qu'il est venu nous parler. Il nous a déçus. Nous avons l'impression que c'est du copié collé avec l'ancienne ministre des Transports. Rien n'a changé », de déplorer M. Bellefleur. « Il n'est venu ici que pour une opération de relations publiques, alors que la population s'attendait à une annonce de son implication et de la réalisation d'une voie de contournement. »

Les deux jeunes députés ont pris des notes. Ils ont semblé sensibles aux délais de l'étude de faisabilité, entre autres, pour les 18 mois à attendre encore avant une décision clairement exprimée par le gouvernement.

« On en appelle directement à M. Trudeau, car on n'a plus confiance à Marc Garneau », s'est exclamé Robert Bellefleur, brandissant copie de l'article du journal du 7 octobre 2015, où M. Trudeau s'engage, à Sherbrooke, pour une voie de contournement à Lac-Mégantic, pendant la campagne électorale fédérale. « Ils ne veulent pas trop s'engager avant les résultats de l'étude de faisabilité, c'est une question de volonté politique. »

Même son de cloche

En après-midi, les députés rencontraient le maire de Lac-Mégantic, Jean-Guy Cloutier, et le Comité de vigilance pour la sécurité ferroviaire, sur lequel siègent deux conseillers municipaux.

« Nous avons recueilli les mêmes sons de cloche lors de notre rencontre avec le maire Jean-Guy Cloutier et avec le Comité de vigilance pour la sécurité ferroviaire au centre-ville de Lac-Mégantic, par rapport à ce que nous a dit la Coalition des citoyens et des organismes engagés pour la sécurité ferroviaire. Ce sont des rencontres qui se sont très bien passées », a exprimé le député de Sherbrooke, Pierre-Luc Dusseault, à la fin de l'après-midi d'hier.

« J'ai l'impression que si nous faisions du porte-à-porte, à Lac-Mégantic, nous aurions le même message de la part de la population : la voie de contournement, ce n'est pas négociable, c'est unanime. Notre parti s'est prononcé dès le début en faveur de cette solution. C'est le processus pour s'y rendre qui pose problème, même le maire nous a rassurés sur les délais qu'il trouve trop longs pour l'étude de faisabilité, même s'il veut que ce soit fait de la bonne façon. Même lui souhaite le plus vite possible. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer