La plume au service de la paix

Guylaine Cliche a rassemblé des personnes de neufs... (Spectre média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

Guylaine Cliche a rassemblé des personnes de neufs nations différentes pour tenir la plume dans le livre Paroles de paix en terre autochtone.

Spectre média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ève Bonin
La Tribune

(Saint-Venant-de-Paquette) Près d'une centaine de personnes ont répondu à l'invitation de Guylaine Cliche pour un rassemblement marquant le lancement du livre Paroles de paix en terre autochtone. L'auteure estrienne les conviait dimanche dans les hauteurs paisibles de Saint-Venant-de-Paquette, pour une journée de cérémonies et de partage à la manière des gens des premières nations qui s'expriment dans le livre.

« Le livre prend la forme d'un cercle de parole, où quinze personnes de neuf origines différentes tiennent la plume » explique l'auteure, qui a répondu à nos questions dans l'un des trois tipis installés sur le terrain adjacent au site touristique des Amis du patrimoine de Saint-Venant. Guylaine Cliche s'est totalement investie dans le projet au cours des deux dernières années. « Je les suis partout dans leurs cérémonies. Ça allait de soi qu'on fasse un rassemblement pour lancer le livre. »

L'ouvrage comporte des textes issus de la tradition orale, dont l'histoire de la création selon la tradition Mohawk, et des témoignages contemporains, mais tous les textes convergent vers les enjeux planétaires actuels et l'urgence d'agir pour protéger la Terre. C'est d'ailleurs suite à une présentation sur le sujet par Stuart Myiow junior, du Conseil traditionnel Mohawk de Kahnawake, que le projet a pris forme.

« Stuart a donné un enseignement de la Lune au Jardin botanique lors de la Journée internationale des peuples autochtones. Un moment donné il a dit ''Nous devons rejoindre 7 milliards d'humains le plus rapidement possible''. Là je me suis sentie concernée et je suis allée les voir avec une proposition. »

Guylaine Cliche souligne que le contrat d'édition prévoit le partage des bénéfices à parts égales avec le Conseil traditionnel Mohawk de Kahnawake, qui a agi comme rassembleur et initiateur de rencontres pour l'auteure. « C'est comme ça qu'on devrait travailler avec les premières nations, tout devrait être partagé. Quand on prend, on redonne. »

Un message universel et urgent

Paroles de paix en terre autochtone est le premier ouvrage de Guylaine Cliche à être publié par une maison d'édition, et il est proposé en français comme en anglais, au Canada et en Europe. Selon l'auteure, l'intérêt pour son livre révèle une soif de connaissance et de compréhension. « Tout le monde est conscient qu'il y a une urgence planétaire, les gens sont en quête de réponses et ne savent pas où aller. »

Que l'on soit prêt ou non à entendre le message central du livre, il est temps de le propager selon Stuart Myiow junior, qui a tenu à répondre à nos questions en présence de son père. « Prenez l'exemple de quelqu'un qui a le cancer. Personne n'est prêt à apprendre ça. Il peut éviter d'aller voir le médecin pour découvrir la vérité, mais il va quand même sentir que quelque chose ne va pas. »

« Quand on évite la vérité on se retrouve au bord du précipice. Et nous croyons que c'est là que se retrouve le monde présentement, dans une situation urgente. » Stuart Myiow junior considère qu'on doit redonner leur place aux femmes pour rétablir l'équilibre. « Nous devons adopter des structures qui vont amener les changements nécessaires. Dans le système actuel, les gens n'ont pas de voix. Si les Donneuses de vie (NDLR : les femmes) doivent évoluer dans un monde dominé politiquement, socialement et spirituellement par les hommes, leur voix est réduite. »

La journée de lancement a débuté avec une cérémonie de l'eau animée par Aki Songedeye Ikwe (Grand-Mère Francine Payer), qui dit croire que le moment est propice au partage de ces enseignements. « Avec tous les signes que notre mère Terre donne, ça éveille, les gens commencent à se rendre compte que les gens des premières nations ne sont peut-être pas si fous que ça de penser que tout est vivant et qu'on est en relation avec tout. »

Elle souligne que le projet de livre, en rassemblant plusieurs nations autochtones, est un grand pas en soi. « On a fait une cérémonie il y a deux ans pour planter un arbre de la paix. On a réalisé qu'on était Anishnabe, Innu, et Mohawk réunis. Quand on a fini, on s'est dit qu'on venait de tourner une page de l'histoire. »

Le lancement à St-Venant-de-Paquette constituait le premier de treize rendez-vous. Le livre étant construit comme un cycle lunaire, avec 28 chapitres et 4 phases, son calendrier de lancement s'étalera sur la prochaine année dans différentes régions à l'occasion des 12 prochaines journées de pleine lune. Le prochain événement aura lieu le 19 juin au Parc Lafontaine. Pour en savoir plus, on peut visiter le site web ou la page facebook de Guylaine Cliche.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer