L'harmonie est rompue au conseil d'Orford

Élu sous la bannière de l'équipe Vision Orford,... (La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

Élu sous la bannière de l'équipe Vision Orford, Robert Paquette tourne le dos à cette formation politique en déplorant certaines orientations prises par le conseil.

La Tribune, Jean-François Gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'harmonie qui semblait régner au sein du conseil municipal d'Orford depuis les élections de 2013 est rompue. Élu sous la bannière de l'équipe Vision Orford, Robert Paquette tourne le dos à cette formation politique en déplorant certaines orientations prises par le conseil.

M. Paquette a non seulement décidé de se dissocier de Vision Orford, mais il annonce qu'il ne sera pas candidat lors des prochaines élections municipales en 2017.

Le conseiller municipal affirme avoir prévenu le maire d'Orford qu'il n'était pas toujours à l'aise avec les orientations du conseil ces derniers mois. Il n'aurait pas constaté de changements satisfaisants à la suite de ses interventions.

«Je travaillais 40 heures par semaine sur mes dossiers après notre élection, affirme Robert Paquette. Mais je ne me reconnais plus dans ce parti, qui ne partage pas les mêmes valeurs que moi. Le maire, Jean-Pierre Adam, est un homme très ouvert, mais il n'aime pas l'opposition.»

Les décisions du Canton d'Orford en lien avec les activités de l'organisme à but non lucratif (OBNL) Orford 3.0 ont parfois beaucoup déplu au conseiller municipal, élu pour la première fois en 2013. M. Paquette représente la municipalité au conseil d'administration de l'OBNL.

Même si la municipalité est à l'origine de la création d'Orford 3.0, le conseiller municipal considère que l'organisme devrait profiter d'une pleine indépendance, et ce, contrairement à qu'il affirme avoir constaté.

«Ce n'est pas normal que la municipalité s'ingère dans les activités de cet organisme, soutient Robert Paquette. En ce moment, elle veut avoir le dernier mot sur tout ce qu'il organise.»

L'échevin soutient que le Canton d'Orford a en quelque sorte voulu se doter d'un service de loisir sans avoir à embaucher une ressource additionnelle en créant Orford 3.0. «C'est un instrument au service du Canton.»

D'autres doléances

Par ailleurs, il estime qu'Orford pourrait améliorer sa communication avec ses citoyens. «Quand les gens appellent, envoient des courriels ou écrivent au bureau, il arrive souvent qu'on n'envoie pas d'accusé réception. C'est décevant», dit-il.

Ancien fonctionnaire provincial, M. Paquette juge également que le processus mis en place pour traiter les plaintes déposées par les citoyens n'est pas à la hauteur. Il connaît ce type d'enjeu puisqu'il a travaillé au traitement des plaintes à l'époque à laquelle il était à l'emploi du gouvernement.

Enfin, il aurait aimé que le territoire du Canton d'Orford soit divisé en districts électoraux pour éviter que des équipes, comme celle de Vision Orford, gagnent trop souvent en bloc lors des élections. Cette idée a toutefois été rejetée.

Le maire Adam reste prudent

Les membres de l'équipe Vision Orford se réuniront, vendredi, afin de décider des suites à donner à la décision de Robert Paquette, qui préfère ne plus être associé à leur formation politique.

Mercredi matin, le maire d'Orford, Jean-Pierre Adam, n'avait pas encore été informé de la décision de M. Paquette de quitter Vision Orford. Il a appris la nouvelle lorsque La Tribune l'a contacté.

M. Adam a refusé d'émettre des commentaires précis sur la décision du conseiller municipal. «Nous allons nous réunir en équipe et je pourrai voir comment réagissent mes collègues. Je ne veux pas commenter avant d'avoir tenu cette rencontre», a-t-il indiqué.

Cela dit, il a tout de même offert quelques commentaires généraux sur le travail au sein de son équipe. «Les conseillers sont libres de leur décision et de leur vote. Moi, je leur demande seulement d'expliquer leur décision s'ils choisissent de s'opposer lors d'un vote en assemblée publique», a-t-il confié.

Il a d'autre part ajouté que, en dépit des apparences, les conseillers municipaux qui appartiennent à son équipe «ne sont pas toujours d'accord sur tout». Ils avaient néanmoins tous adhéré au programme électoral qui avait été présenté par Vision Orford en 2013.

Rappelons que tous les candidats de Vision Orford ont été élus à l'élection de 2013. En 2009, l'équipe Orford ensemble avait aussi remporté tous les sièges au conseil municipal.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer