Paypal retient toujours les fonds du Club Havana

André Tremblay... (Archives La Tribune)

Agrandir

André Tremblay

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'agence de paiement en ligne PayPal n'a toujours pas transféré les 100 000 $ de dépôts pour des réservations dont elle prive les propriétaires du camping Club Havana.

Le 12 avril dernier, André Tremblay et Véronique Alarie ont bel et bien retrouvé l'accès à leur compte PayPal, après que l'entreprise américaine ait réalisé que les pratiques commerciales du camping à thématique cubaine n'allaient pas à l'encontre des politiques du gouvernement des États-Unis.

Toutefois, plus de deux semaines plus tard, les propriétaires du camping de Maricourt n'ont toujours pas vu la couleur de leur argent, alors que le délai habituel pour ce genre de transfert électronique est de sept à dix jours ouvrables, selon PayPal.

Véronique Alarie se dit inquiète, mais pas surprise de la tournure des événements. «Quand le compte a été débloqué, je ne criais pas victoire, souligne-t-elle. Je disais que j'allais y croire quand l'argent serait dans notre compte bancaire.»

Depuis vendredi passé, chaque fois que la copropriétaire parvient à rejoindre PayPal par téléphone, on se contente de lui répéter qu'elle sera avisée lorsque le virement aura été effectué.

«Deux fois, j'ai réussi à parler à des superviseurs du service à la clientèle, mais ils sont bien entraînés à la nonchalance, déplore-t-elle. Même si je leur mets de la pression et que je leur dis que c'est dans les médias au Québec, ça leur coule comme de l'eau sur le dos d'un canard.»

Chose certaine, M. Tremblay et Mme Alarie se promettent de ne plus jamais faire affaire avec PayPal. Ils se sont d'ailleurs déjà tournés vers les services de Desjardins afin de réactiver les dépôts pour les réservations sur leur site Web.

De l'énergie et du temps gaspillés

Les déboires du commerce avec l'entreprise américaine ne compromettent pas l'ouverture du camping le 27 mai prochain, et aucun séjour ne sera annulé.

«Ça ne change rien pour nos activités, c'est juste que c'est du temps et de l'énergie qu'on investit là-dedans, c'est de la perte d'argent», mentionne Mme Alarie.

La femme d'affaires et son conjoint devront notamment mandater un employé à temps plein pendant trois semaines pour appeler tous les vacanciers qui n'ont pas pu laisser de dépôt en ligne.

Heureusement, le site touristique aux couleurs des Caraïbes continue d'attirer les curieux. Un mois avant son ouverture, le camping affiche déjà complet pour presque toutes les fins de semaine de l'été.

«On invite les gens à venir nous voir, même pour une journée comme visiteurs, pour qu'ils puissent découvrir ce qu'on a à offrir», déclare Mme Alarie.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer