Une voix au-delà des mots

À l'aide de différents outils et stratégies, Nienke... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

À l'aide de différents outils et stratégies, Nienke van der Wilk voit à donner aux gens qui n'ont pas accès à la parole une autre voix qui leur permettra de communiquer avec leur entourage.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(COMPTON) Thérapeute spécialisée en communication non verbale, Nienke van der Wilk oeuvre auprès de gens qui, en raison d'handicaps physiques ou de déficiences intellectuelles, ne peuvent s'exprimer par la parole.

Elle a développé ce champ d'expertise aux Pays-Bas, son pays d'origine, notamment au Centre de réadaptation de Vogellanden à Zwolle où elle a travaillé pendant 15 ans en tant qu'orthophoniste auprès des enfants.

«Peu importe l'âge ou le niveau d'intelligence, tout le monde communique, affirme Nienke. Ma tâche est d'enseigner à l'individu la méthode la meilleure et la plus facile pour lui de communiquer, mais aussi d'apprendre à l'entourage à s'approprier cette méthode.»

Nienke a fait la connaissance de Serge Proulx, un Québécois natif de Saint-Roch, lors d'un wwoofing (Word Wide Opportunities on Organic Farms) en Nouvelle-Zélande. C'est le coup de foudre et le jeune couple décide de s'installer au Québec, plus particulièrement à Compton. Ils sont tous deux séduits par l'idée d'y démarrer leur entreprise de culture maraîchère biologique avec l'objectif que Nienke poursuive éventuellement sa carrière d'orthophoniste au Québec. Mais la désillusion est grande.

Comme pour bien des professionnels étrangers, son diplôme n'est pas reconnu au Québec. «Je comprends et j'approuve que la profession soit protégée par un Ordre, mais dans bien des cas les employeurs déclinaient ma candidature comme assistante, ce que je suis pourtant autorisée à faire.» Elle décide donc de mettre sur pied sa propre entreprise, Voix-là.

La méthode de travail utilisée par Nienke est basée sur le programme COCP (Communicative Development of nonspeaking children and their Communication Partners), qui a été développé à l'Université d'Amsterdam au début des années 1990. L'objectif de cette méthode est de permettre à l'enfant de développer ses moyens de communication en lui donnant accès à un système de communication adapté à ses capacités tout en s'assurant que son entourage lui offre l'opportunité de communiquer.

«C'est un travail qui requiert beaucoup d'attention et de patience, mais il suffit parfois d'aider ces enfants à prendre confiance en eux pour qu'ils acceptent de communiquer, l'humour et le rire étant, comme dans bien des cas, un remède plus efficace que bien des traitements.»

Chaque individu étant unique, Nienke voit à mettre en place un système de communication adapté à ses limitations et ses besoins. À titre d'exemple, cette jeune patiente de six ans dont les mouvements se limitaient à cligner des yeux ou incliner la tête, à qui elle a appris à «chanter» à l'aide d'un dispositif de communication électronique. La tête agit alors comme une souris d'ordinateur qui permet à l'enfant de sélectionner les mots qu'elle souhaite chanter, lesquels sont représentés sous forme d'images.

«Mon défi était de lui apprendre à utiliser cet outil par le biais d'une expérience agréable, partage Nienke. C'est un travail de longue haleine, mais aujourd'hui elle utilise couramment cet ordinateur pour communiquer.» Pour certains, notamment dans des cas de déficiences intellectuelles sévères, ce système est trop complexe. Il faut alors recourir à d'autres avenues.

«On utilise alors le langage corporel afin d'écouter la réaction de l'enfant à travers la tension ou la relaxation de ses muscles, explique Nienke. Même si l'enfant ressent plutôt qu'il ne comprend le moyen de communication que l'on tente de mettre en place, l'important est que, pour chaque action, il obtient une réaction, tout comme le font les bébés. Il peut alors avoir une influence sur son environnement. Il peut communiquer.»

Pour de plus amples informations sur Voix-là et les services offerts, on peut consulter le site Web à www.voix-la.ca.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer