La Poudrière de Windsor se change en studio

À l'occasion du Vendredi saint, le bâtiment principal du parc historique de La... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Catherine Montambeault
La Tribune

(WINDSOR) À l'occasion du Vendredi saint, le bâtiment principal du parc historique de La Poudrière de Windsor s'est converti en studio d'enregistrement improvisé. Des musiciens amateurs de la région sont allés et venus toute la journée pour exécuter quelques pièces devant un public attentif.

Pour la direction de La Poudrière, où des spectacles musicaux sont régulièrement présentés durant l'été, cette initiative s'inscrit dans la vocation culturelle du site touristique.

«Le but était tout simplement de donner une possibilité aux jeunes talents locaux de s'exprimer, déclare Luc Cloutier, directeur du parc historique. En même temps, cette journée-là nous permettra peut-être de découvrir de nouveaux artistes, qui pourraient ensuite se produire dans les 5 à 7 que nous organisons au cours de la période estivale.»

«On veut que les gens découvrent La Poudrière en venant y jouer, souligne Charles Lachance, un des bénévoles chargés d'accueillir les musiciens en herbe. C'est une belle façon pour les artistes de partager leur musique avec les gens d'ici.»

Des prestations informelles

La matinée était réservée aux élèves de l'École de musique Pianissimo de Sherbrooke, venus performer devant parents et amis. Ces derniers se devaient de demeurer silencieux, «pour assurer une bonne qualité d'enregistrement».

«On a une équipe qui se déplace de Sherbrooke et qui vient donner des cours de musique au centre communautaire ici, à Windsor, le samedi», explique Jean-François Longval, directeur et enseignant chez Pianissimo.

Lorsque les dirigeants de La Poudrière leur ont proposé de venir profiter de leur studio provisoire, les professeurs de l'école de musique ont sauté sur l'occasion.

«On a fait une avant-midi de musique classique et jazz, raconte M. Longval. On a amené des jeunes qui se préparent pour des concours afin qu'ils puissent se pratiquer.»

Parmi ces élèves, Jiaxin Zheng et Étienne Tremblay, tous deux âgés de 10 ans, ont joué leur répertoire au piano en vue de la finale régionale du Concours de musique du Canada, à laquelle ils prendront part en avril prochain.

Bien que l'acoustique de la salle où se tenait l'événement soit propice aux performances musicales, l'enregistrement s'effectuait de manière plutôt rudimentaire.

«On enregistre à la bonne franquette! lance le bénévole Charles Lachance. On a un amplificateur, mais c'est très «de base».

En après-midi, deux groupes de musique et quelques artistes solos étaient attendus au simili-studio pour interpréter leurs chansons dans une ambiance décontractée et informelle. Ils pourraient s'exécuter quatre ou cinq fois, jusqu'à ce qu'ils obtiennent une prise les satisfaisant.

«C'est une première expérience, mais il se peut, si l'événement se couronne par un succès, qu'il y ait d'autres journées organisées comme celle-là», conclut le directeur de La Poudrière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer