Sauver les meubles profite à tous

Des meubles destinés au dépotoir reprennent vie grâce... (La Tribune, Maryse Carbonneau)

Agrandir

Des meubles destinés au dépotoir reprennent vie grâce à l'ingéniosité, la patience et la créativité d'un groupe d'élèves de l'école secondaire La Frontalière.

La Tribune, Maryse Carbonneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Depuis 2012, plus de 60 meubles ont été restaurés, puis vendus dans les boutiques de la Ressourcerie des Frontalières à Coaticook et Magog grâce aux élèves des programmes de formation préparatoire au travail (FPT) et de formation menant à l'exercice d'un métier semi-spécialisé (FMS) de l'école secondaire La Frontalière.

Un partenariat de rêve puisque les meubles endommagés sont fournis par la Ressourcerie et que 50 % des ventes sont versées au programme de restauration de meubles afin de supporter l'achat de papier sablé, peinture et autres matériaux nécessaires aux travaux. Ce programme permet aux jeunes apprentis d'acquérir une expérience de travail en menuiserie et de développer leur créativité et leur sensibilité écologique.

« C'est un projet qui touche beaucoup les clients de savoir que ce sont des jeunes qui apprennent tout en restaurant les meubles qu'ils achètent », partage Karine Cantin, directrice générale de la Ressourcerie.

Il faut dire qu'à sa première année en 2013, le programme avait remporté le premier prix du Concours québécois en entrepreneuriat pour l'Estrie dans la catégorie Secondaire adaptation scolaire. « On mise sur les forces de chacun, explique leur enseignante Mylène Gervais. Certains élèves préfèrent le côté plus manuel comme la réparation, le sablage ou la peinture, alors que d'autres mettent en valeur leur côté artistique lors de la finition en y ajoutant des personnages et des dessins. »

Le bouche-à-oreille faisant son oeuvre, il arrive même que l'on accepte des commandes spéciales de citoyens et d'entrepreneurs de la région, un vote de reconnaissance pour la qualité du travail réalisé par les élèves. Certains élèves deviennent aussi leur propre client et repartent avec leur création. Quand c'est beau, c'est beau!

Or, même si la menuiserie ne fait pas partie des plans de carrière des jeunes participants, ceux-ci apprécient visiblement l'expérience et le temps passé dans l'atelier au milieu des outils et des équipements, loin des traditionnels bancs d'école.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer