Budget pour la sécurité ferroviaire: les gens de Lac-Mégantic à moitié satisfaits

Le budget fédéral du gouvernement de Justin Trudeau ne pouvait passer à côté de... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Lac-Mégantic) Le budget fédéral du gouvernement de Justin Trudeau ne pouvait passer à côté de la sécurité ferroviaire, à cause des promesses en ce sens, de la bouche même du premier ministre, et de ses candidats-députés, en campagne électorale, l'automne dernier. Les 143 millions $ sur trois ans annoncés ne satisfont qu'à demi les citoyens et les élus de Lac-Mégantic, encore aux prises avec les conséquences de la tragédie du 6 juillet 2013.

« C'est une première bonne nouvelle pour Lac-Mégantic. On voit que le ministre Garneau a fait ses représentations auprès du ministre Morneau et du Conseil du Trésor. 143 millions $ pour accroître la sécurité ferroviaire et aussi rendre plus stricte l'inspection, c'est de très bonne augure pour nous. Il ne nous reste cependant qu'à attendre une deuxième bonne nouvelle, qui sera l'annonce d'une voie de contournement! Nous ne sommes satisfaits qu'en partie seulement », a déclaré Robert Bellefleur, porte-parole de la Coalition de citoyens et d'organismes engagés pour la sécurité ferroviaire à Lac-Mégantic.

Le maire de Lac-Mégantic, Jean-Guy Cloutier, abonde dans le même sens. « C'est une bonne orientation, dans le principe, mais aussi il va falloir qu'ils créent des inspecteurs en supplément. S'ils ne le font pas, même avec 143 millions $ sur une période de trois ans, ça va rester comme c'est à l'heure actuelle, et nous on veut avoir des inspecteurs plus souvent et des façons de faire différentes. »

À noter que le gouvernement fédéral a également prévu, dans son budget, des mesures pour rendre les passages à niveau plus sécuritaires, en plus de renforcer la surveillance du transport des matières dangereuses, en améliorant le capacité d'inspection et une meilleure formation afin de rendre la surveillance plus stricte et plus uniforme à l'échelle du pays.

La représentante de l'Union des municipalités du Québec, mairesse de Magog et porte-parole de la Coalition municipale transfrontalière pour la sécurité ferroviaire, Vicky May Hamm, a convenu pour sa part qu'il s'agit « effectivement d'un autre pas dans la bonne direction... Ce qu'on avait constaté sur le terrain, c'est qu'une fois qu'il y avait des avis d'émis, il n'y avait pas nécessairement de suivis pour que les travaux de réfection se fassent. Puis on étirait finalement les infrastructures jusqu'à les rendre dangereuses et réduire considérablement la vitesse des trains au lieu de réparer », a confié Mme Hamm.

Robert Bellefleur ajoute, quant à lui, que « ces fonds injectés dans le budget 2016 auront un impact, nous l'espérons, pour renverser la vapeur quant à l'auto-inspection des entreprises ferroviaires, l'auto-gestion de leurs mesures de sécurité. Ce serait important que Transports Canada retrouve son rôle premier. On sait que cet organisme gouvernemental ne faisait plus d'inspections. Ce sont les compagnies qui envoient elles-mêmes leurs rapports à Transports Canada. »

Il révèle ensuite que « la Montreal, Maine & Atlantic (MMA) avait accumulé plus de 1500 infractions aux règlements sur la sécurité ferroviaire, sans aucunes pénalités, avec en bonus la permission de n'avoir qu'un seul conducteur de train sur ses convois! Nous n'avons jamais pu voir un seul rapport d'inspection de Transports Canada. La dernière fois que l'organisme est venu à Lac-Mégantic, il accompagnait la CMQR qui faisait sa propre inspection! »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer